2021

Programme des séminaires de printemps 2021

Séminaire printemps 2021


Webinaires

"Les Goûters de l'AGS" 2020-21

goûters de l'AGS programme

 

Les goûters de l'AGS / Tea time at AGS

L’Atelier Genre(s) et Sexualité(s) de l’Université libre de Bruxelles lance un webinaire mensuel (sur Zoom) pour doctorant∙es et post-doctorant∙es qui travaillent sur les enjeux relatifs au genre et à la sexualité.
Au vu du contexte actuel, le principal objectif de ce webinaire est de permettre aux jeunes chercheur∙ses en genre et sexualité, qui se retrouvent parfois isolé∙es dans leur institution, de se rattacher à une communauté de spécialistes dans leur domaine, tout en diffusant leurs travaux dans un environnement bienveillant.
Ce webinaire se tiendra sur une base mensuelle, de 16h à 17h, entre décembre 2020 et juin 2021. Les communications, d’une durée de 20 minutes, sont regroupées sur une base thématique.

The Atelier Genre(s) & Sexualité(s) at the Université Libre de Bruxelles is launching a monthly webinar (on Zoom) for doctoral and post-doctoral researchers working on issues related to gender and sexuality.
Given the current context, the main objective of this webinar is to allow young researchers on gender and sexuality, who sometimes find themselves isolated in their own institution, to connect with a community of specialists in their field, and to disseminate their work in a safe space.

This webinar will be held on a monthly basis from 4 p.m. to 5 p.m., between December 2020 and June 2021. The 20-minute papers are gathered by themes.

PROGRAMME

Wednesday 20 January 2021, 4-5 pm | "Mille-feuilles": Transgender in early and later life
Chair : Aurélie Aromatario
 

Nika Looman (Universiteit Gent)

50+ Transgender Women’s Self-Representations and Their Subversive Potential

In dominant discourse, ageing is conceptualized in heteronormative ways. Longevity, generativity and heteronormative sexual attractiveness are centralized and, for women in particular, dominant notions of beauty are connected to maintaining a youthful appearance. At some point, signifiers of having an ageing body can no longer be masked and as a result, sexy feminine women’s clothing and wearing certain types of make-up are part of appearances that are suddenly deemed “too sexy” for women with ageing bodies. For 50+ transgender women, this means that it may become particularly difficult to make their gender performances intelligible, because presenting more androgynously may be unhelpful for them in “passing” as women, but more feminine or sexy clothes are deemed inappropriate for their age.

This is an example of how the embodied intersections of gender, sexuality and (older) age work together in structuring 50+ transgender women’s position in society. In preliminary work that centralizes 50+ transgender women, attention is mostly paid to transitioning processes, while sexuality and intimacy are sidelined. Additionally, self-representation is rarely taken into account. For 50+ transgender women, social networks and dating sites may be spheres in which they are have more agency over their own representation. By taking a new materialist approach, I attempt to gain insight in how expressions of sexuality and intimacy are embodied in counter-hegemonic performances of gender, sexuality and (older) age in digital spheres in Belgium, as looking into these self-representations could be helpful in gaining insight in how dominant heteronormative notions of sexuality, sexiness and attractiveness could be challenged and redefined. 

Biography

I am a doctoral researcher working at UGent in the ERC-project ‘Later-in-Life Intimacy: Women's Unruly Practices, Places and Representations’. I studied cultural anthropology in the Netherlands, and my main research topics were related to sexuality and gender studies. In 2018, I received my MA in Anthropology and Development Sciences from Radboud University. My thesis focused on genderqueer and non-binary people in the Netherlands. After this, I stayed at Radboud University as a junior lecturer for two years. In May, I moved to UGent to work on 50+ queer women, with a feminist anthropological research approach. I am interested in sexuality, intimacy, (gender)queerness and queering narratives of ageing.
 

Katarzyna Wazynska-Finck (European University Institute of Florence/ULB)

The rights of transgender children and adolescents under the United Nations Convention on the Rights of the Child

The United Nations Convention on the Rights of the Child, adopted in 1989, does not include sexual and reproductive rights. The UN Committee on the Rights of the Child, an expert body in charge with the interpretation of the Convention and its implementation by State parties, has extended the application of the Convention rights, such as the right to health and the right to education to sexuality and reproduction. Nevertheless, the Committee has been rather heteronormative in its approach and paid little attention to transgender children and adolescents. The paper will seek to apply the rights and principles, established by the Convention and developed by the Committee, such as the prohibition of discrimination, the right to protection from harm and violence, the right to health and the right to be heard, to the particular needs of transgender children and adolescents. I will ask in particular what lessons can be drawn from the Committee’s interpretative work to cater for both the autonomy and vulnerability of transgender youth.

Biography

Kasia is Polish lawyer, specialised in human rights. She completed a master’s degree in law in Poland and a European Master’s degree in Human Rights and Democratisation at the European Inter-University Centre in Venice. Kasia is a PhD researcher at the Law Faculty of the European University Institute in Florence, completing a thesis on sexual and reproductive rights of children and adolescents. This academic year Kasia is also a visiting researcher at ULB in Brussels. Before starting her PhD, she worked for four at the European Court of Human Rights in Strasbourg. Since April 2018, Kasia has been working as a policy officer at the European Commission, at the Directorate General for Migration and Home Affairs.
 



Jeudi 18 février 2021, 16h-17h | "Tiramisu" : Des hommes et de leur sexualité
Présidence : Alexandre Donnen

Kostia Lennes (Université Libre de Bruxelles)

La double activité de masseur/escort : ambiguïtés et négociations dans la relation client

Cette communication s’appuie sur un travail de thèse, commencé en 2018, qui porte sur la relation escort-client dans le cadre de la prostitution en ligne exercée à Paris par des hommes à destination d’autres hommes. À travers les cas de trois participants qui se présentent à la fois comme masseurs et comme escorts, cette contribution analysera l’apparente ambiguïté de cette double activité. En effet, si ces deux types de services peuvent sembler bien distincts, la perception qu’en ont les clients, confortée par l’interface du site internet qui sert de plateforme d’échanges, se heurte parfois à la manière dont les masseurs/escorts conceptualisent leur double activité, tant en terme de services proposés que de tarification. De ces cloisonnements et décloisonnements successifs entre ces activités émerge une question : comment la relation (masseur/) escort-client se négocie-t-elle sur cette frontière poreuse ?

Biographie

Kostia Lennes est aspirant FNRS et doctorant en anthropologie à l’Université libre de Bruxelles et en sociologie à l’Université de Paris. En 2015/2016, il a mené un travail de terrain au Mexique sur les trajectoires et les expériences d’hommes gays et migrants de retour des Etats-Unis. Sa recherche doctorale, commencée en 2018, porte sur la relation escort-client dans le contexte de la prostitution en ligne masculine à Paris.
 

Maxim Delodder (Universiteit Antwerpen)

La communauté esthétique. La vie gaie de Guillaume Dustan

Je propose de considérer trois choses dans ma communication, à savoir la littérature, le sida et la communauté. Ce dernier élément est un groupe restreint, uni autour d’une chose en commun. Or, aucune communauté ne se ressemble. Guillaume Dustan (1965-2005) peint une image communautaire particulière qui croise les questions de genre et de sexualité. Dans ces récits sur l’épidémie du sida, il s’agit d’un vivre-ensemble queer. Mais comment est-ce que l’on arrive à ce vivre-ensemble ? C’est quoi la « nature » de la communauté dustanienne ? Et qui a accès à cette unité communautaire ? J’argumente que la réponse se trouve dans le superficiel. Une communauté se forme, au moins chez Dustan, à base des objets matériaux, des éléments d’un style de vie commun. Dustan peint l’image d’une communauté, dans ses mots le « ghetto », où on partage un certain « devenir gay » pour reprendre les mots Michel Foucault , voire une esthétique de la vie. Ou est-ce qu’il faut mieux parler d’une esthétisation de la sexualité ? En somme, la communication analyse l’image littéraire de la communauté qu’a construit Dustan à un moment charnière de l’épidémie du sida.

Biographie

Maxim Delodder (1996) prépare, sous la direction du professeur Franc Schuerewegen, une thèse de doctorat à l’Universeit Antwerpen. Sa recherche est financée par le FWO (aspirant). Son projet de recherche se situe dans le domaine de la littérature française contemporaine, où il étudie en particulier la littérature queer et les enjeux communautaires que l’on peut y rattacher.
 


 

Mardi 16 mars 2021, 16h-17h30 | "Religieuse" : Sexe, genre et catholicisme
Présidence : Anne-Sophie Crosetti

 


Camille Banse (UC Louvain)

La peur au ventre. Sexualité prémaritale et contrôle des naissances chez les jeunes d’Action Catholique des années soixante en Belgique

En partant de la « préparation au mariage » de l’Action Catholique de la Jeunesse Belge dans la période charnière des sixties, le travail étudie l’histoire de la sexualité et du genre dans le pilier catholique. Il prend en compte les évolutions de l’intime et l’autonomisation du laïcat à partir de deux mouvements de jeunesse spécialisés : les Indépendant·es (JIC·F) et les Étudiant·es (JEC·F). Le croisement de leurs documents d’archives et d’un corpus de sources orales permet d’analyser le discours normatif auquel ses membres sont soumis·es. Les jeunes se côtoient désormais dans une mixité qui autorise certains contacts mais doivent respecter les règles inhérentes à cette « liberté » nouvelle. Selon la doctrine vaticane, la sexualité ne connaît pas d’autre terminus que la procréation et pas d’autre topos que le mariage. En vue de les responsabiliser face à ces (r)évolutions, les organisations de laïcs tentent de renouveler leur encadrement par une éducation affective et sexuelle. Confiné·es entre l’amour en amont et le mariage en aval, ces croyant·es tentent d’accommoder des modèles à deux poids, deux mesures. La grossesse des « filles-mères » se profile alors comme un point de fuite du contrôle de la sexualité juvénile et des naissances. L’analyse de ses fluctuations discursives, de ses pratiques et ses représentations révèle les résistances structurantes dont nous héritons aujourd’hui.

Biographie

Après un diplôme de l'Université Catholique de Louvain en Histoire contemporaine, orientation approfondie (2019), Camille Banse poursuit sa formation par un master de spécialisation en études de genre (2020). Son intérêt pour la culture historique et les problématiques contemporaines l'amène à débuter un mandat d'assistante au sein de l’Université Saint-Louis - Bruxelles pour le cours d'Histoire du temps présent. Parallèlement, elle débute une thèse de doctorat auprès de l’Université Catholique de Louvain centrée sur la gestion de la sexualité dans les mouvements de jeunesse catholiques. En octobre 2020, Camille s’est vue récompensée du troisième prix de l’Université des Femmes 2020 catégorie « master » pour son mémoire « "Amoureux ! Les yeux fermés ?" Se préparer au mariage dans les milieux privilégiés d’Action Catholique : entre ruptures et continuités » (UCLouvain, 2019, promotrice : Aurore François).
 

Juliette Masquelier (Université Libre de Bruxelles)

Professionnel·les et bénévoles de l’encadrement de la grossesse :
jalons pour l’étude d’un service chrétien de consultations maternelles (1945-1970)

Cette proposition s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche postdoctoral de trois ans (encore à ses débuts) portant sur les centres médicaux catholiques de soins aux mères et aux nourrissons entre 1945 et 1970. En s’appuyant sur les archives des Services Maternels et Infantiles organisés par les Ligues Ouvrières Féminines Chrétiennes (LOFC) et subsidiés par l’Œuvre Nationale de l’Enfance (ONE), ce projet a pour objectif d’explorer trois axes thématiques principaux par le biais d’une sociohistoire au niveau micro: (1) les processus de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement, (2) l’interaction spécifique entre les identités et valeurs catholiques et les normes maternelles, et (3) les adaptations des institutions catholiques de bienfaisance et d’apostolat liées aux soins de santé à la généralisation de la sécurité sociale. Pour les « goûters de l’AGS », je propose de me baser sur les premiers dépouillements des archives des Services Maternels et Infantiles ainsi que sur leurs publications, pour étudier l’évolution, entre 1945 et 1970, du partage des tâches entre médecins, sages-femmes, infirmièr·es, assistant·es sociales, ainsi qu’entre professionnel·les et bénévoles – notamment dans sa dimension genrée – dans ce contexte particulier que constituent des consultations médicales extra-hospitalières inscrites au sein du réseau de l’éducation populaire féminine catholique. Il s’agira d’une part de mettre en lumière le rôle de ces différents acteurs et actrices dans l’élaboration et la diffusion des normes maternelles et, d’autre part, de comprendre comment les pratiques professionnelles et bénévoles militantes de la santé maternelle questionnent le rapport des femmes à la sphère publique et privée, en interrogeant notamment la portée émancipatrice paradoxale d’un engagement féminin fortement teinté des assignations de genre traditionnelles.

Biographie

Après un bachelier en Philosophie et un master en Sciences des religions et de la laïcité à l’Université libre de Bruxelles, j’ai poursuivi des recherches sur les formes contemporaines du catholicisme, que j’ai étudiées au prisme des questions de genre. En 2019, j’ai défendu une thèse de doctorat en Histoire qui portait sur l’émancipation des femmes dans des organisations catholiques en Belgique francophone entre 1960 et 1990. J’ai ensuite réalisé durant deux années consécutives le rapport annuel de l’Observatoire des Religions et de la Laïcité sur l’actualité des cultes et convictions en Belgique (2019 et 2020). Depuis le premier octobre 2020, je mène une recherche postdoctorale au Centre Interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité (CIERL) et au sein de la Structure de Recherche Interdisciplinaire sur le Genre, l’Egalité et la Sexualité (STRIGES) à l’ULB, dans le cadre d’un mandat de chargée de recherche pour le FNRS. Pour ce nouveau projet – et dans la mesure des possibilités actuelles – je serai durant les quelques prochains mois chercheuse invitée du groupe de recherche en Histoire culturelle depuis 1750 à la KU Leuven.


Eline Huygens (Universiteit Gent)

Catholic women negotiating premarital sex

Drawing upon qualitative research (in-depth interviews) with Catholic women who are active in the Church in Belgium, this paper sets out to analyze how these women negotiate and manage premarital sexuality. I map the practices, experiences, and strategies of these women, and explore how they make sense of religious and secular norms regarding premarital sexuality. I will demonstrate that although not all my interlocutors refrain from sexual relations before marriage, they develop personal sexual ethics, which is distinctly informed by Catholic understandings. Furthermore, my research findings offer the possibility to formulate a critique on the heteronormative understandings of sexuality that undergird my interlocutors’ discourses and experiences.

Biography

Eline Huygens is a doctoral researcher and teaching assistant, affiliated to the Centre for Research on Culture and Gender, Department of Languages and Cultures, Universiteit Gent (Belgium). Her research interests lie at the intersection of gender and religion. In her PhD study, she seeks to examine the lived experiences of Roman Catholic women in Belgium regarding love, romantic relationships, and sexuality. She is book review editor of the journal Religion and Gender.
 


 

Thursday 29 April 2021, 4 - 5 pm | "Rum Baba" : The politics of Queerness in the Global South
Chair : Ahmed Hamila


Bastien Bomans (Université de Liège)

Imagining Queer Futures: Postcolonial Utopias of Desires in Trinidadian Writing

In Cruising Utopia, José Esteban Muñoz writes that “[q]ueerness is not yet here” but that we can nevertheless “feel it as the warm illumination of a horizon imbued with potentiality” (2019, 1). Opposed to the naïve representation commonly associated with utopia, Muñoz sheds light on the critical and political potential of the concept of queerness. In the field of queer of colour critique, other theorists, like R. A. Ferguson, have highlighted the ways in which the understanding of LGBTQI+ identities that obfuscates their combination with other identity categories, such as gender, race or nationality, departs from the multidimensionality of queerness that initially promised liberation for all (2019). While oppression against LGBTQI+ subjectivities keeps occurring on a global scale, the resurgence of racist and colonial dynamics is also sustained by assimilationist and homonationalist discourses from the ‘western’ world. With a past marked by colonialism, slavery, indentureship and subsequent diasporas, queer Trinidadian literature more often than not presents characters that face oppression in an intersectional, multidimensional way because of their non-hegemonic gender, sexuality and race/nationality. Being part of “a decolonized Caribbean discourse” (Cummings 2011, 323), queer Trinidadian writings offer fictive visions of silenced pasts and presents in order to imagine the potentialities of queer futures. As R. S. King states, literature can “[help] us to see some of the ways sexuality is imagined in the [Caribbean] region and the diaspora, both as it is and was, and how it could be” (2014, 13). Focusing on three Trinidadian novels, this paper explores the imaginings of queer utopian worlds that draw attention to the imbrications of systems of oppression, suggest the possibilities of creating solidarities across difference, and allow us to have hope for a ‘not-yet-here’ queerness.

Biography

Holding MA degrees in Germanic languages and letters (2018) and in gender studies (2019), Bastien Bomans is a PhD candidate at the University of Liège working at CEREP. His project,provisionally entitled Queer Trinidad: At the Intersection of Gender, Sexuality and Race in Trinidadian Literature, sheds light on various novels from Trinidad and its diaspora and aims at offering a multidimensional reading of these works through a lens that is simultaneously queer and intersectional. This analysis intends to explore the ways in which postcolonial, and more specifically, Trinidadian fictional literature dismantles homonationalist discourses and one-dimensional, 'western' understandings of sexualities and genders. Bastien’s research interests include postcolonial, decolonial, Caribbean and diasporic theories and literatures, as well as feminist, gender and LGBTQIA+ studies
 

Gustavo Gomes da Costa (Université Libre de Bruxelles)

Anti-gender politics, moral panics and the authoritarian turn in contemporary Brazil

In October 2018, international public opinion was shocked by the election of Jair Bolsonaro, a retired captain and former extreme right federal deputy in Brazil. His election is the culmination of the expansion of right-wing groups that begun in the 2014 elections and was boosted by the mobilization demanding the impeachment of President Dilma Rousseff in 2016. This mobilization engaged different social groups against corruption of the political elite and the Workers’ Party, portraited as the main responsible for the Brazilian economic, political and moral crisis. The pro-impeachment movement converted the “moral agenda” into a central issue of the Brazilian public debate. The moral agenda was central to the outcry against the art exhibition “queermuseum”. Aiming at debating gender differences and sexual diversity, the exhibition was accused of promoting pornography, paedophilia, zoophilia and the profanation of Christian images. The mobilization against the queermuseum exhibition spread to other parts of Brazil, leading to online and offline moral crusade against other artworks deemed as immoral, anti-Christian and promoting the so-called “gender ideology”. This paper aims to analyse, by using the concept of moral panic, the outcry against sexuality-related artworks, exhibitions and performances in Brazil and its possible consequences to the election of Jair Bolsonaro. Borrowing some insights of the Protest Event Analysis (PEA) methodology, the proposal will address the dynamics of the moral panic around sexuality, their main social and political actors, collective action repertoires and demands. It will address the processes and mechanisms by which conservative groups managed to build a broad conservative coalition around Bolsonaro candidacy. The advance of authoritarianism and the conservative reaction to the sexual and reproductive rights agenda in Brazil are part of a broader process, which has a global dimension that has affected several countries in the most diverse cultural, economic, political and social contexts.

Biography

Gustavo Gomes da Costa holds a master's degree and a PhD degree in Political Science from State University of Campinas (UNICAMP) in Brazil. He is currently post-doctoral fellow at the Université libre de Bruxelles (ULB). He is also Lecturer of sociology at the Federal University of Pernambuco (UFPE) in Brazil and affiliate researcher at the University of Glasgow (Scotland). He has experience in Political Sociology, with emphasis on social movements, NGOs and collective action, social participation, public policies, political parties, citizenship, homophobia and LGBT’s human rights in Latin America and Africa. He also works on issues of gender, sexuality, colonialism, and post-colonial thought.
 


 

Mardi 25 mai 2021, 16h-17h | "Cougnou" : Interroger l'assignation genrée de la responsabilité contraceptive
Présidence : Louise de Morati


Margaux Roberti-Lintermans (UC Louvain)

Être une « bonne » mère dans Femmes d’Aujourd’hui (1960 – 2010) : l’exemple de la contraception

Le magazine Femmes d’Aujourd’hui, premier féminin francophone belge, est propice pour l’étude des discours sociaux normatifs sur la parentalité en Belgique depuis 1960. Véhicule de représentation de genre, et participant à leur construction, la presse féminine constitue ce que Teresa de Lauretis nomme une « technologie de genre » (2007). Dans cette optique, la notion de « travail procréatif » développée par Marie Mathieu et Lucile Ruault (2017) est utile pour rendre compte du traitement par le magazine féminin du travail ordinaire qui s’effectue autour de la procréation, responsabilité largement prise en charge par les femmes. A partir d’une analyse qualitative d’un dépouillement systématique de la revue, nous rendons compte du discours de la contraception sur un temps long au regard des transformations sociétales et législatives (1960-2010). Nous questionnons, d’une part, le rôle de la presse féminine dans la présentation de la contraception comme un travail procréatif et son assignation genrée, et d’autre part, la perpétuation de cette norme contraceptive dans la transmission intergénérationnelle. L’idée étant d’étendre à terme l’analyse à la fécondité, l’éducation, l’accès à la parentalité pour comprendre qu’est-ce qu’un « bon parent » - la contraception participant à façonner ce modèle par le choix d’entrée (ou non) dans la parentalité, ainsi que du contrôle de sa temporalité.

Biographie

Diplômée de master en Histoire, en Socio-Anthropologie et en Etudes de Genre, Margaux Roberti-Lintermans effectue une thèse de doctorat en Histoire à l’UCLouvain au sein du Laboratoire de recherches historiques (LarHIs) rattaché à l’Institut d’analyse du changement dans l’histoire et les sociétés contemporaines (IACCHOS) depuis octobre 2019. Intégrée dans un projet multidisciplinaire alliant psychologues et chercheuses en santé publique (BParent), sa thèse a pour titre : Être de bons parents. Les transformations des rôles parentaux et de la régulation de leur exercice (Belgique, 1945-2015).

 

Mireille Le Guen (UC Louvain)

Collecter les pratiques contraceptives des hommes : quels biais de genre à l’œuvre chez les démographes ?

Au cours de la deuxième moitié du XXème siècle, la diffusion progressive de la pilule et du dispositif intra-utérin en Occident s’est accompagnée d’une généralisation de la collecte des usages contraceptifs. Pour les démographes, l’étude de ces nouveaux comportements contraceptifs devait permettre de mieux prédire l’évolution de la fécondité, dans un contexte marqué par la crainte d’une explosion de la population mondiale. Mais force est de constater que ce sont principalement les pratiques contraceptives des femmes, plutôt que celle des couples ou des hommes, qui ont été, et qui restent encore aujourd’hui, collectées et analysées. Pourtant, si les hommes ne peuvent tomber enceints, leur sexualité n’est pas systématiquement associée ni à une relation de couple, ni à un désir de grossesse, ce qui pourrait les conduire à avoir leurs propres pratiques contraceptives. A travers une analyse épistémique des recommandations d’échantillonnage des six programmes internationaux d’enquêtes démographiques de fécondité qui se sont succédés depuis les années 1960-1970 jusqu’à nos jours, il s’agira de comprendre quels biais de genre ont conduit les démographes à préférer la collecte et l’analyse des usages contraceptifs des femmes à celles des hommes. Je montrerai que l’exclusion au cours des années 1970, puis la ré-inclusion à partir des années 1980 des hommes comme population d’intérêt dans ces enquêtes de fécondité s’organisent autour de présupposés culturalistes en ce qui concerne les rapports sociaux de sexes à l’œuvre dans le champ du contrôle de la fécondité.

Biographie

Mireille Le Guen est démographe, chercheuse en post-doctorat au Centre de recherche en démographie à l’Université Catholique de Louvain, associée à l’INED (Unité « Santé et Droits sexuels et reproductifs ») et membre du laboratoire junior Contraception&Genre. Ses recherches explorent la manière dont les comportements des individus, notamment leurs pratiques contraceptives, sont contraints par le contexte social dans lequel ils évoluent, permettant d’observer les diverses formes de contournements et d’adaptation aux normes sociales en vigueur.
 


 

Mercredi 16 juin 2021, 16h-17h | "Charlotte" : Repenser le soin
Présidence : Audrey Aegerter
 

Justine Gloesener (Université de Liège)

Les femmes dans les architectures de la crise. La prise en compte de la poliomyélite dans la construction de la Cité moderniste de Droixhe (Liège, Belgique) 

Dans les années 50, la Cité de Droixhe est imaginée pour offrir plus de 1000 logements sociaux locatifs à Liège dans un vaste espace vert. Ce projet de grand ensemble moderniste propose également divers équipements. Parmi ceux-ci, un centre médico-familial est ajouté au programme initial. Il est là pour offrir un hébergement aux familles des victimes de la poliomyélite qui connut un pic d’épidémie au lendemain de la Seconde guerre mondiale et toucha particulièrement les enfants. Ce centre fait partie d’un home care plan plus large qui souhaite aussi adapter différents étages des barres de logements de manière à y permettre l’accès aux malades paralysés. Ce fait historique interpelle et fait écho à la crise sanitaire que nous traversons. Actuellement, le constat a été fait que la crise touche particulièrement les femmes alors que les experts sont principalement masculins. Dans les années 60, l’adaptation des plans de Droixhe suit le même schéma. Il a été pensé principalement par des hommes (médecins, architectes et politiques) mais mis en place pour faciliter la vie en famille des malades et le nursing dont s’occupent majoritairement les femmes (mères et infirmières). Comment faire en sorte que les femmes soient prises en considération et participent à la conception de tels projets ? Comment la construction de la ville peut faciliter ou entraver la vie quotidienne des femmes en temps de crise ? Cette communication basée sur une recherche documentaire et témoignages (faisant partie du projet de thèse) tentera d’y répondre et espère tracer des perspectives pour une gestion non androcentrée de la crise actuelle. 

Biographie

Justine Gloesener est architecte et urbaniste. Après avoir travaillé cinq années en agence d’architecture, elle entreprend une thèse à la Faculté d’Architecture de l’Université de Liège. Elle s’intéresse aux questions de genre dans l’architecture et l’urbanisme après un travail de fin d’étude traitant de la prostitution, de la ville et d’un projet d’Eros Center à Liège Sa recherche actuelle lui permet d’approfondir cette approche du genre dans ses disciplines. Son projet de thèse est une recherche qualitative qui propose de questionner la place des femmes dans la fabrique urbaine liégeoise à travers l’évolution socio-historique du projet de grand ensemble de la Cité de Droixhe (construite entre 1954 et 1979), en passant par les différentes échelles de l’habiter, des espaces domestiques publics, intermédiaires, collectifs, aux espaces communautaires.
 

Isis Klasen (Université Libre de Bruxelles)

Care et capacité d’agir dans le féminisme

Le care est communément perçu comme n’étant pas féministe. Au contraire, il «durcirait, voire essentialiserait, une distinction, une différence femme/homme». La future présentation, en inscrivant le care au carrefour de différentes théories féministes, viendra subvertir cette critique : elle défendra la thèse que le care renforce le féminisme car il élargit son sujet et conduit à une politique de solidarité plus radicale.nPour ce faire, cette présentation combinera les apports théoriques du féminisme marxiste et du «standpoint feminism». Les féministes marxistes ont pensé le care à partir du concept de travail reproductif. Le «standpoint feminism» déconstruit les savoirs majoritaires en donnant place à l’expérience des subalternes. L’inscription du care au carrefour de ces courants théoriques féministes interroge la «vulnérabilité»  du sujet féministe matériellement situé à l’intérieur du travail reproductif. Dans ce cadre, l’hypothèse du statut de «vulnérabilité» du sujet féministe au prise avec le care peut être envisagée à travers son agency qui lui permet d’articuler «des changements en mettant en acte les normes existantes». Cette agency sera analysée, d’une part, sous l’angle d’une «anthropologie de la vulnérabilité», de l’autre, à partir des « possibilités non vécues ».

Biographie

Militante féministe et diplômée en Sciences Politiques de l’ULB (2018), je réalise désormais une thèse au CEVIPOL sur les mouvements sociaux d’aujourd’hui avec le féminisme comme étude de cas. L’ambition à la fois scientifique et politique de mon travail vise à défendre le féminisme comme un projet ouvert et réflexif qui contribue à la reconnaissance de sujets qui ont leur propre vécu, leur propre voix.  Mon mémoire de master sur le féminisme musulman en Belgique et en France a amorcé cette réflexion. Par ailleurs, je suis coordinatrice bénévole du projet 100% femmes de l’association « «DouchFlux» dont le but est d’offrir du temps de qualité à des femmes en situation de grande précarité. Je suis également membre du CA de l’asbl les « gastrosophes » qui lutte contre le gaspillage alimentaire et qui favorise l’accès à une nourriture de qualité pour tous et toutes.
 



    "Mille-feuilles": Transgender in early and later life
    Chair : Aurélie Aromatario


    Nika Looman (Universiteit Gent)

    50+ Transgender Women’s Self-Representations and Their Subversive Potential

    In dominant discourse, ageing is conceptualized in heteronormative ways. Longevity, generativity and heteronormative sexual attractiveness are centralized and, for women in particular, dominant notions of beauty are connected to maintaining a youthful appearance. At some point, signifiers of having an ageing body can no longer be masked and as a result, sexy feminine women’s clothing and wearing certain types of make-up are part of appearances that are suddenly deemed “too sexy” for women with ageing bodies. For 50+ transgender women, this means that it may become particularly difficult to make their gender performances intelligible, because presenting more androgynously may be unhelpful for them in “passing” as women, but more feminine or sexy clothes are deemed inappropriate for their age. This is an example of how the embodied intersections of gender, sexuality and (older) age work together in structuring 50+ transgender women’s position in society. In preliminary work that centralizes 50+ transgender women, attention is mostly paid to transitioning processes, while sexuality and intimacy are sidelined. Additionally, self-representation is rarely taken into account. For 50+ transgender women, social networks and dating sites may be spheres in which they are have more agency over their own representation. By taking a new materialist approach, I attempt to gain insight in how expressions of sexuality and intimacy are embodied in counter-hegemonic performances of gender, sexuality and (older) age in digital spheres in Belgium, as looking into these self-representations could be helpful in gaining insight in how dominant heteronormative notions of sexuality, sexiness and attractiveness could be challenged and redefined. 

    Biography

    I am a doctoral researcher working at UGent in the ERC-project ‘Later-in-Life Intimacy: Women's Unruly Practices, Places and Representations’. I studied cultural anthropology in the Netherlands, and my main research topics were related to sexuality and gender studies. In 2018, I received my MA in Anthropology and Development Sciences from Radboud University. My thesis focused on genderqueer and non-binary people in the Netherlands. After this, I stayed at Radboud University as a junior lecturer for two years. In May, I moved to UGent to work on 50+ queer women, with a feminist anthropological research approach. I am interested in sexuality, intimacy, (gender)queerness and queering narratives of ageing.


    Katarzyna Wazynska-Finck (European University Institute of Florence/ULB)

    The rights of transgender children and adolescents under the United Nations Convention on the Rights of the Child

    The United Nations Convention on the Rights of the Child, adopted in 1989, does not include sexual and reproductive rights. The UN Committee on the Rights of the Child, an expert body in charge with the interpretation of the Convention and its implementation by State parties, has extended the application of the Convention rights, such as the right to health and the right to education to sexuality and reproduction. Nevertheless, the Committee has been rather heteronormative in its approach and paid little attention to transgender children and adolescents. The paper will seek to apply the rights and principles, established by the Convention and developed by the Committee, such as the prohibition of discrimination, the right to protection from harm and violence, the right to health and the right to be heard, to the particular needs of transgender children and adolescents. I will ask in particular what lessons can be drawn from the Committee’s interpretative work to cater for both the autonomy and vulnerability of transgender youth.

    Biography

    Kasia is Polish lawyer, specialised in human rights. She completed a master’s degree in law in Poland and a European Master’s degree in Human Rights and Democratisation at the European Inter-University Centre in Venice. Kasia is a PhD researcher at the Law Faculty of the European University Institute in Florence, completing a thesis on sexual and reproductive rights of children and adolescents. This academic year Kasia is also a visiting researcher at ULB in Brussels. Before starting her PhD, she worked for four at the European Court of Human Rights in Strasbourg. Since April 2018, Kasia has been working as a policy officer at the European Commission, at the Directorate General for Migration and Home Affairs.
     



    Jeudi 18 février 2021, 16h-17h | "Tiramisu" : Des hommes et de leur sexualité
    Présidence : Alexandre Donnen


    Kostia Lennes (Université Libre de Bruxelles)

    La double activité de masseur/escort : ambiguïtés et négociations dans la relation client

    Cette communication s’appuie sur un travail de thèse, commencé en 2018, qui porte sur la relation escort-client dans le cadre de la prostitution en ligne exercée à Paris par des hommes à destination d’autres hommes. À travers les cas de trois participants qui se présentent à la fois comme masseurs et comme escorts, cette contribution analysera l’apparente ambiguïté de cette double activité. En effet, si ces deux types de services peuvent sembler bien distincts, la perception qu’en ont les clients, confortée par l’interface du site internet qui sert de plateforme d’échanges, se heurte parfois à la manière dont les masseurs/escorts conceptualisent leur double activité, tant en terme de services proposés que de tarification. De ces cloisonnements et décloisonnements successifs entre ces activités émerge une question : comment la relation (masseur/) escort-client se négocie-t-elle sur cette frontière poreuse ?

    Biographie

    Kostia Lennes est aspirant FNRS et doctorant en anthropologie à l’Université libre de Bruxelles et en sociologie à l’Université de Paris. En 2015/2016, il a mené un travail de terrain au Mexique sur les trajectoires et les expériences d’hommes gays et migrants de retour des Etats-Unis. Sa recherche doctorale, commencée en 2018, porte sur la relation escort-client dans le contexte de la prostitution en ligne masculine à Paris.


    Maxim Delodder (Universiteit Antwerpen)

    La communauté esthétique. La vie gaie de Guillaume Dustan

    Je propose de considérer trois choses dans ma communication, à savoir la littérature, le sida et la communauté. Ce dernier élément est un groupe restreint, uni autour d’une chose en commun. Or, aucune communauté ne se ressemble. Guillaume Dustan (1965-2005) peint une image communautaire particulière qui croise les questions de genre et de sexualité. Dans ces récits sur l’épidémie du sida, il s’agit d’un vivre-ensemble queer. Mais comment est-ce que l’on arrive à ce vivre-ensemble ? C’est quoi la « nature » de la communauté dustanienne ? Et qui a accès à cette unité communautaire ? J’argumente que la réponse se trouve dans le superficiel. Une communauté se forme, au moins chez Dustan, à base des objets matériaux, des éléments d’un style de vie commun. Dustan peint l’image d’une communauté, dans ses mots le « ghetto », où on partage un certain « devenir gay » pour reprendre les mots Michel Foucault , voire une esthétique de la vie. Ou est-ce qu’il faut mieux parler d’une esthétisation de la sexualité ? En somme, la communication analyse l’image littéraire de la communauté qu’a construit Dustan à un moment charnière de l’épidémie du sida.

    Biographie

    Maxim Delodder (1996) prépare, sous la direction du professeur Franc Schuerewegen, une thèse de doctorat à l’Universeit Antwerpen. Sa recherche est financée par le FWO (aspirant). Son projet de recherche se situe dans le domaine de la littérature française contemporaine, où il étudie en particulier la littérature queer et les enjeux communautaires que l’on peut y rattacher.
     




    Mardi 16 mars 2021, 16h-17h30 | "Religieuse" : Sexe, genre et catholicisme
    Présidence : Anne-Sophie Crosetti


    Camille Banse (UC Louvain)

    La peur au ventre. Sexualité prémaritale et contrôle des naissances chez les jeunes d’Action Catholique des années soixante en Belgique

    En partant de la « préparation au mariage » de l’Action Catholique de la Jeunesse Belge dans la période charnière des sixties, le travail étudie l’histoire de la sexualité et du genre dans le pilier catholique. Il prend en compte les évolutions de l’intime et l’autonomisation du laïcat à partir de deux mouvements de jeunesse spécialisés : les Indépendant·es (JIC·F) et les Étudiant·es (JEC·F). Le croisement de leurs documents d’archives et d’un corpus de sources orales permet d’analyser le discours normatif auquel ses membres sont soumis·es. Les jeunes se côtoient désormais dans une mixité qui autorise certains contacts mais doivent respecter les règles inhérentes à cette « liberté » nouvelle. Selon la doctrine vaticane, la sexualité ne connaît pas d’autre terminus que la procréation et pas d’autre topos que le mariage. En vue de les responsabiliser face à ces (r)évolutions, les organisations de laïcs tentent de renouveler leur encadrement par une éducation affective et sexuelle. Confiné·es entre l’amour en amont et le mariage en aval, ces croyant·es tentent d’accommoder des modèles à deux poids, deux mesures. La grossesse des « filles-mères » se profile alors comme un point de fuite du contrôle de la sexualité juvénile et des naissances. L’analyse de ses fluctuations discursives, de ses pratiques et ses représentations révèle les résistances structurantes dont nous héritons aujourd’hui.

    Biographie

    Après un diplôme de l'Université Catholique de Louvain en Histoire contemporaine, orientation approfondie (2019), Camille Banse poursuit sa formation par un master de spécialisation en études de genre (2020). Son intérêt pour la culture historique et les problématiques contemporaines l'amène à débuter un mandat d'assistante au sein de l’Université Saint-Louis - Bruxelles pour le cours d'Histoire du temps présent. Parallèlement, elle débute une thèse de doctorat auprès de l’Université Catholique de Louvain centrée sur la gestion de la sexualité dans les mouvements de jeunesse catholiques. En octobre 2020, Camille s’est vue récompensée du troisième prix de l’Université des Femmes 2020 catégorie « master » pour son mémoire « "Amoureux ! Les yeux fermés ?" Se préparer au mariage dans les milieux privilégiés d’Action Catholique : entre ruptures et continuités » (UCLouvain, 2019, promotrice : Aurore François).


    Juliette Masquelier (Université Libre de Bruxelles)

    Professionnel·les et bénévoles de l’encadrement de la grossesse: jalons pour l’étude d’un service chrétien de consultations maternelles (1945-1970)

    Cette proposition s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche postdoctoral de trois ans (encore à ses débuts) portant sur les centres médicaux catholiques de soins aux mères et aux nourrissons entre 1945 et 1970. En s’appuyant sur les archives des Services Maternels et Infantiles organisés par les Ligues Ouvrières Féminines Chrétiennes (LOFC) et subsidiés par l’Œuvre Nationale de l’Enfance (ONE), ce projet a pour objectif d’explorer trois axes thématiques principaux par le biais d’une sociohistoire au niveau micro : (1) les processus de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement, (2) l’interaction spécifique entre les identités et valeurs catholiques et les normes maternelles, et (3) les adaptations des institutions catholiques de bienfaisance et d’apostolat liées aux soins de santé à la généralisation de la sécurité sociale. Pour les « goûters de l’AGS », je propose de me baser sur les premiers dépouillements des archives des Services Maternels et Infantiles ainsi que sur leurs publications, pour étudier l’évolution, entre 1945 et 1970, du partage des tâches entre médecins, sages-femmes, infirmièr·es, assistant·es sociales, ainsi qu’entre professionnel·les et bénévoles – notamment dans sa dimension genrée – dans ce contexte particulier que constituent des consultations médicales extra-hospitalières inscrites au sein du réseau de l’éducation populaire féminine catholique. Il s’agira d’une part de mettre en lumière le rôle de ces différents acteurs et actrices dans l’élaboration et la diffusion des normes maternelles et, d’autre part, de comprendre comment les pratiques professionnelles et bénévoles militantes de la santé maternelle questionnent le rapport des femmes à la sphère publique et privée, en interrogeant notamment la portée émancipatrice paradoxale d’un engagement féminin fortement teinté des assignations de genre traditionnelles.

    Biographie

    Après un bachelier en Philosophie et un master en Sciences des religions et de la laïcité à l’Université libre de Bruxelles, j’ai poursuivi des recherches sur les formes contemporaines du catholicisme, que j’ai étudiées au prisme des questions de genre. En 2019, j’ai défendu une thèse de doctorat en Histoire qui portait sur l’émancipation des femmes dans des organisations catholiques en Belgique francophone entre 1960 et 1990. J’ai ensuite réalisé durant deux années consécutives le rapport annuel de l’Observatoire des Religions et de la Laïcité sur l’actualité des cultes et convictions en Belgique (2019 et 2020). Depuis le premier octobre 2020, je mène une recherche postdoctorale au Centre Interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité (CIERL) et au sein de la Structure de Recherche Interdisciplinaire sur le Genre, l’Egalité et la Sexualité (STRIGES) à l’ULB, dans le cadre d’un mandat de chargée de recherche pour le FNRS. Pour ce nouveau projet – et dans la mesure des possibilités actuelles – je serai durant les quelques prochains mois chercheuse invitée du groupe de recherche en Histoire culturelle depuis 1750 à la KU Leuven.

    Eline Huygens (Universiteit Gent)

    Catholic women negotiating premarital sex

    Drawing upon qualitative research (in-depth interviews) with Catholic women who are active in the Church in Belgium, this paper sets out to analyze how these women negotiate and manage premarital sexuality. I map the practices, experiences, and strategies of these women, and explore how they make sense of religious and secular norms regarding premarital sexuality. I will demonstrate that although not all my interlocutors refrain from sexual relations before marriage, they develop personal sexual ethics, which is distinctly informed by Catholic understandings. Furthermore, my research findings offer the possibility to formulate a critique on the heteronormative understandings of sexuality that undergird my interlocutors’ discourses and experiences.

    Biography

    Eline Huygens is a doctoral researcher and teaching assistant, affiliated to the Centre for Research on Culture and Gender, Department of Languages and Cultures, Universiteit Gent (Belgium). Her research interests lie at the intersection of gender and religion. In her PhD study, she seeks to examine the lived experiences of Roman Catholic women in Belgium regarding love, romantic relationships, and sexuality. She is book review editor of the journal Religion and Gender.
     



    Thursday 29 April 2021, 4 - 5 pm | "Rum Baba" : The politics of Queerness in the Global South
    Chair : Ahmed Hamila

    Bastien Bomans (Université de Liège)

    Imagining Queer Futures: Postcolonial Utopias of Desires in Trinidadian Writing

    In Cruising Utopia, José Esteban Muñoz writes that “[q]ueerness is not yet here” but that we can nevertheless “feel it as the warm illumination of a horizon imbued with potentiality” (2019, 1). Opposed to the naïve representation commonly associated with utopia, Muñoz sheds light on the critical and political potential of the concept of queerness. In the field of queer of colour critique, other theorists, like R. A. Ferguson, have highlighted the ways in which the understanding of LGBTQI+ identities that obfuscates their combination with other identity categories, such as gender, race or nationality, departs from the multidimensionality of queerness that initially promised liberation for all (2019). While oppression against LGBTQI+ subjectivities keeps occurring on a global scale, the resurgence of racist and colonial dynamics is also sustained by assimilationist and homonationalist discourses from the ‘western’ world. With a past marked by colonialism, slavery, indentureship and subsequent diasporas, queer Trinidadian literature more often than not presents characters that face oppression in an intersectional, multidimensional way because of their non-hegemonic gender, sexuality and race/nationality. Being part of “a decolonized Caribbean discourse” (Cummings 2011, 323), queer Trinidadian writings offer fictive visions of silenced pasts and presents in order to imagine the potentialities of queer futures. As R. S. King states, literature can “[help] us to see some of the ways sexuality is imagined in the [Caribbean] region and the diaspora, both as it is and was, and how it could be” (2014, 13). Focusing on three Trinidadian novels, this paper explores the imaginings of queer utopian worlds that draw attention to the imbrications of systems of oppression, suggest the possibilities of creating solidarities across difference, and allow us to have hope for a ‘not-yet-here’ queerness.

    Biography

    Holding MA degrees in Germanic languages and letters (2018) and in gender studies (2019), Bastien Bomans is a PhD candidate at the University of Liège working at CEREP. His project, provisionally entitled Queer Trinidad: At the Intersection of Gender, Sexuality and Race in Trinidadian Literature, sheds light on various novels from Trinidad and its diaspora and aims at offering a multidimensional reading of these works through a lens that is simultaneously queer and intersectional. This analysis intends to explore the ways in which postcolonial, and more specifically, Trinidadian fictional literature dismantles homonationalist discourses and one-dimensional, 'western' understandings of sexualities and genders. Bastien’s research interests include postcolonial, decolonial, Caribbean and diasporic theories and literatures, as well as feminist, gender and LGBTQIA+ studies.


    Gustavo Gomes da Costa (Université Libre de Bruxelles)

    Anti-gender politics, moral panics and the authoritarian turn in contemporary Brazil

    In October 2018, international public opinion was shocked by the election of Jair Bolsonaro, a retired captain and former extreme right federal deputy in Brazil. His election is the culmination of the expansion of right-wing groups that begun in the 2014 elections and was boosted by the mobilization demanding the impeachment of President Dilma Rousseff in 2016. This mobilization engaged different social groups against corruption of the political elite and the Workers’ Party, portraited as the main responsible for the Brazilian economic, political and moral crisis. The pro-impeachment movement converted the “moral agenda” into a central issue of the Brazilian public debate. The moral agenda was central to the outcry against the art exhibition “queermuseum”. Aiming at debating gender differences and sexual diversity, the exhibition was accused of promoting pornography, paedophilia, zoophilia and the profanation of Christian images. The mobilization against the queermuseum exhibition spread to other parts of Brazil, leading to online and offline moral crusade against other artworks deemed as immoral, anti-Christian and promoting the so-called “gender ideology”. This paper aims to analyse, by using the concept of moral panic, the outcry against sexuality-related artworks, exhibitions and performances in Brazil and its possible consequences to the election of Jair Bolsonaro. Borrowing some insights of the Protest Event Analysis (PEA) methodology, the proposal will address the dynamics of the moral panic around sexuality, their main social and political actors, collective action repertoires and demands. It will address the processes and mechanisms by which conservative groups managed to build a broad conservative coalition around Bolsonaro candidacy. The advance of authoritarianism and the conservative reaction to the sexual and reproductive rights agenda in Brazil are part of a broader process, which has a global dimension that has affected several countries in the most diverse cultural, economic, political and social contexts.

    Biography

    Gustavo Gomes da Costa holds a master's degree and a PhD degree in Political Science from State University of Campinas (UNICAMP) in Brazil. He is currently post-doctoral fellow at the Université libre de Bruxelles (ULB). He is also Lecturer of sociology at the Federal University of Pernambuco (UFPE) in Brazil and affiliate researcher at the University of Glasgow (Scotland). He has experience in Political Sociology, with emphasis on social movements, NGOs and collective action, social participation, public policies, political parties, citizenship, homophobia and LGBT’s human rights in Latin America and Africa. He also works on issues of gender, sexuality, colonialism, and post-colonial thought.
     


     

    Mardi 25 mai 2021, 16h-17h | "Cougnou" : Interroger l'assignation genrée de la responsabilité contraceptive
    Présidence : Louise de Morati


    Margaux Roberti-Lintermans (UC Louvain)

    Être une « bonne » mère dans Femmes d’Aujourd’hui (1960 – 2010) : l’exemple de la contraception

    Le magazine Femmes d’Aujourd’hui, premier féminin francophone belge, est propice pour l’étude des discours sociaux normatifs sur la parentalité en Belgique depuis 1960. Véhicule de représentation de genre, et participant à leur construction, la presse féminine constitue ce que Teresa de Lauretis nomme une « technologie de genre » (2007). Dans cette optique, la notion de « travail procréatif » développée par Marie Mathieu et Lucile Ruault (2017) est utile pour rendre compte du traitement par le magazine féminin du travail ordinaire qui s’effectue autour de la procréation, responsabilité largement prise en charge par les femmes. A partir d’une analyse qualitative d’un dépouillement systématique de la revue, nous rendons compte du discours de la contraception sur un temps long au regard des transformations sociétales et législatives (1960-2010). Nous questionnons, d’une part, le rôle de la presse féminine dans la présentation de la contraception comme un travail procréatif et son assignation genrée, et d’autre part, la perpétuation de cette norme contraceptive dans la transmission intergénérationnelle. L’idée étant d’étendre à terme l’analyse à la fécondité, l’éducation, l’accès à la parentalité pour comprendre qu’est-ce qu’un « bon parent » - la contraception participant à façonner ce modèle par le choix d’entrée (ou non) dans la parentalité, ainsi que du contrôle de sa temporalité.

    Biographie

    Diplômée de master en Histoire, en Socio-Anthropologie et en Etudes de Genre, Margaux Roberti-Lintermans effectue une thèse de doctorat en Histoire à l’UCLouvain au sein du Laboratoire de recherches historiques (LarHIs) rattaché à l’Institut d’analyse du changement dans l’histoire et les sociétés contemporaines (IACCHOS) depuis octobre 2019. Intégrée dans un projet multidisciplinaire alliant psychologues et chercheuses en santé publique (BParent), sa thèse a pour titre : Être de bons parents. Les transformations des rôles parentaux et de la régulation de leur exercice (Belgique, 1945-2015).


    Mireille Le Guen (UC Louvain)

    Collecter les pratiques contraceptives des hommes : quels biais de genre à l’œuvre chez les démographes ?

    Au cours de la deuxième moitié du XXème siècle, la diffusion progressive de la pilule et du dispositif intra-utérin en Occident s’est accompagnée d’une généralisation de la collecte des usages contraceptifs. Pour les démographes, l’étude de ces nouveaux comportements contraceptifs devait permettre de mieux prédire l’évolution de la fécondité, dans un contexte marqué par la crainte d’une explosion de la population mondiale. Mais force est de constater que ce sont principalement les pratiques contraceptives des femmes, plutôt que celle des couples ou des hommes, qui ont été, et qui restent encore aujourd’hui, collectées et analysées. Pourtant, si les hommes ne peuvent tomber enceints, leur sexualité n’est pas systématiquement associée ni à une relation de couple, ni à un désir de grossesse, ce qui pourrait les conduire à avoir leurs propres pratiques contraceptives. A travers une analyse épistémique des recommandations d’échantillonnage des six programmes internationaux d’enquêtes démographiques de fécondité qui se sont succédés depuis les années 1960-1970 jusqu’à nos jours, il s’agira de comprendre quels biais de genre ont conduit les démographes à préférer la collecte et l’analyse des usages contraceptifs des femmes à celles des hommes. Je montrerai que l’exclusion au cours des années 1970, puis la ré-inclusion à partir des années 1980 des hommes comme population d’intérêt dans ces enquêtes de fécondité s’organisent autour de présupposés culturalistes en ce qui concerne les rapports sociaux de sexes à l’œuvre dans le champ du contrôle de la fécondité.

    Biographie

    Mireille Le Guen est démographe, chercheuse en post-doctorat au Centre de recherche en démographie à l’Université Catholique de Louvain, associée à l’INED (Unité « Santé et Droits sexuels et reproductifs ») et membre du laboratoire junior Contraception&Genre. Ses recherches explorent la manière dont les comportements des individus, notamment leurs pratiques contraceptives, sont contraints par le contexte social dans lequel ils évoluent, permettant d’observer les diverses formes de contournements et d’adaptation aux normes sociales en vigueur.
     



    Mercredi 16 juin 2021, 16h-17h | "Charlotte" : Repenser le soin
    Présidence : Audrey Aegerter


    Justine Gloesener (Université de Liège)

    Les femmes dans les architectures de la crise. La prise en compte de la poliomyélite dans la construction de la Cité moderniste de Droixhe (Liège, Belgique) 

    Dans les années 50, la Cité de Droixhe est imaginée pour offrir plus de 1000 logements sociaux locatifs à Liège dans un vaste espace vert. Ce projet de grand ensemble moderniste propose également divers équipements. Parmi ceux-ci, un centre médico-familial est ajouté au programme initial. Il est là pour offrir un hébergement aux familles des victimes de la poliomyélite qui connut un pic d’épidémie au lendemain de la Seconde guerre mondiale et toucha particulièrement les enfants. Ce centre fait partie d’un home care plan plus large qui souhaite aussi adapter différents étages des barres de logements de manière à y permettre l’accès aux malades paralysés. Ce fait historique interpelle et fait écho à la crise sanitaire que nous traversons. Actuellement, le constat a été fait que la crise touche particulièrement les femmes alors que les experts sont principalement masculins. Dans les années 60, l’adaptation des plans de Droixhe suit le même schéma. Il a été pensé principalement par des hommes (médecins, architectes et politiques) mais mis en place pour faciliter la vie en famille des malades et le nursing dont s’occupent majoritairement les femmes (mères et infirmières). Comment faire en sorte que les femmes soient prises en considération et participent à la conception de tels projets ? Comment la construction de la ville peut faciliter ou entraver la vie quotidienne des femmes en temps de crise ? Cette communication basée sur une recherche documentaire et témoignages (faisant partie du projet de thèse) tentera d’y répondre et espère tracer des perspectives pour une gestion non androcentrée de la crise actuelle. 

    Biographie

    Justine Gloesener est architecte et urbaniste. Après avoir travaillé cinq années en agence d’architecture, elle entreprend une thèse à la Faculté d’Architecture de l’Université de Liège. Elle s’intéresse aux questions de genre dans l’architecture et l’urbanisme après un travail de fin d’étude traitant de la prostitution, de la ville et d’un projet d’Eros Center à Liège Sa recherche actuelle lui permet d’approfondir cette approche du genre dans ses disciplines. Son projet de thèse est une recherche qualitative qui propose de questionner la place des femmes dans la fabrique urbaine liégeoise à travers l’évolution socio-historique du projet de grand ensemble de la Cité de Droixhe (construite entre 1954 et 1979), en passant par les différentes échelles de l’habiter, des espaces domestiques publics, intermédiaires, collectifs, aux espaces communautaires.

     

    Isis Klasen (Université Libre de Bruxelles)

    Care et capacité d’agir dans le féminisme

    Le care est communément perçu comme n’étant pas féministe. Au contraire, il « durcirait, voire essentialiserait, une distinction, une différence femme/homme ». La future présentation, en inscrivant le care au carrefour de différentes théories féministes, viendra subvertir cette critique : elle défendra la thèse que le care renforce le féminisme car il élargit son sujet et conduit à une politique de solidarité plus radicale.  Pour ce faire, cette présentation combinera les apports théoriques du féminisme marxiste  et du « standpoint feminism ». Les féministes marxistes ont pensé le care à partir du concept de travail reproductif. Le « standpoint feminism » déconstruit les savoirs majoritaires en donnant place à l’expérience des subalternes. L’inscription du care au carrefour de ces courants théoriques féministes interroge la « vulnérabilité »  du sujet féministe matériellement situé à l’intérieur du travail reproductif. Dans ce cadre, l’hypothèse du statut de « vulnérabilité » du sujet féministe au prise avec le care peut être envisagée à travers son agency qui lui permet d’articuler « des changements en mettant en acte les normes existantes ». Cette agency sera analysée, d’une part, sous l’angle d’une « anthropologie de la vulnérabilité », de l’autre, à partir des « possibilités non vécues ».

    Biographie

    Militante féministe et diplômée en Sciences Politiques de l’ULB (2018), je réalise désormais une thèse au CEVIPOL sur les mouvements sociaux d’aujourd’hui avec le féminisme comme étude de cas. L’ambition à la fois scientifique et politique de mon travail vise à défendre le féminisme comme un projet ouvert et réflexif qui contribue à la reconnaissance de sujets qui ont leur propre vécu, leur propre voix.  Mon mémoire de master sur le féminisme musulman en Belgique et en France a amorcé cette réflexion. Par ailleurs, je suis coordinatrice bénévole du projet 100% femmes de l’association « « DouchFlux » dont le but est d’offrir du temps de qualité à des femmes en situation de grande précarité. Je suis également membre du CA de l’asbl les « gastrosophes » qui lutte contre le gaspillage alimentaire et qui favorise l’accès à une nourriture de qualité pour tous et toutes.