2014

30/01

Wenig Udasmoro


(Université Gadjah Mada - Yogyakarta)


« La construction de la masculinité et de la femininité dans les médias indonésiens »

Discutante : Stéphanie Loriaux (ULB)

Avec le soutien de l’ambassade d’Indonésie.

Jeudi 30 janvier, 18h

Salle Henri Janne, Institut de Sociologie (15e étage), Bâtiment S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract


Dans les études de genre, les notions de masculinité et de féminité sont liées à la discussion de la construction des valeurs masculines et féminines dans chaque société. Devenir homme ou femme n’est pas seulement une affaire personnelle mais est construit par la culture et la société. Ainsi, un homme ne s’approprie pas nécessairement les valeurs masculines et inversement.
L’apprentissage de la masculinité et de la féminité est également étroitement lié au type de régime politique. En Indonésie, l’intervention de l’État était forte pendant l’ère du Nouvel Ordre (1968-1998). La femme était par exemple construite en tant que “ibu” ou mère au point qu’une féministe indonésienne, Julia Surjakusuma, a parlé d’« ibuisme d’État » pour critiquer cette politique. Depuis la mise en place de l’ère de la Reformasi (1998 à nos jours), cette forte intervention étatique est remise en cause par la puissance des médias. Cet exposé montrera le dynamisme de la construction de la masculinité et de la féminité en Indonésie depuis l’ère de Suharto jusqu’à l’ère de la Reformasi à partir de l’étude de la littérature et la télévision
.

 

Bio-bibliographie


Docteure en Études genre de l’Université de Genève, Wening Udasmoro est professeure associée au département de Français de l’Université Gadjah Mada à Yogyakarta. Spécialisée dans l’étude de la littérature, des médias et de la religion, ses recherches portent sur les questions de genre et de reproduction en Indonésie.
Jusqu’il y a peu, elle était directrice adjointe de l’« Indonesian Consortium for Religious Studies », un Programme de doctorat international sur les études interreligieuses. Elle est actuellement vice-doyenne des Affaires académiques et étudiantes de la Faculté des Sciences Culturelles de l’Université Gadjah Mada.

 


10/02

Aeyal Gross
 

(Tel Aviv University)


“The Politics of LGBT Rights in Israël: Between (Homo) Normativity and (Homo) Nationalism and Queer Politics”

Monday 10 February, 18h

Room Henri Janne, Institut de Sociologie (15th floor), Building S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract

This paper examines the politics of LGBT rights in Israel, employing critical analysis of the terms "homonormativity" and "homonationalism": homonormativity has been described as a neoliberal sexual politics, which does not contest the dominant heteronormative institutions and is anchored in domesticity and consumption; homonationalism has been described as national homonormativity, in the framework of which domesticated homosexuals provide ammunition to nationalism.
The discussion of homonationalism points to a process in which the homosexual changes from someone perceived as a threat to the state and its security, to someone who is considered embedded within the state and who distinguishes it, by virtue of the tolerance shown toward him, from other countries. Homonormativity and homonationalism are preconditions for "pinkwashing" — the use of LGBT rights for propaganda purposes. The paper points to the need for non-reductive conceptions of the connections between homonationalism, homonormativity and pinkwashing, as also to the contradictions within the idea of homonormativity itself between domesticity and consumption.
The murderous attack on the gay youth group in Tel Aviv was a turning point in the politics of LGBT rights. The responses to it marked the rise of the new homonationalism, but also the strengthening of critiques of it in a way that created divisions among activists. The Article points to the "deal" that was contrived in the shadow of the attack between the gay establishment and the national establishment, and to the crisis of queer politics. In response to the rise of homonormativity and homonationalism, there has been a strengthening of the politics of identity of groups excluded from it, and queer politics as a politics that challenges essentialist notions of identity is in crisis. Sometimes, the queer idea turns into just another identity ("q") in the alphabet soup, at the expense of its critical potential and effectiveness.
I also address the judgment of the Israeli Supreme Court in the Jerusalem Open House case which is a turning point, both in the context of the recognition of equality for the gay community, and for the way in which the Supreme Court adopted the discourse concerning LGBT rights as the markers of Israel as a liberal democracy, distinguishing it from other countries.

 

Bio-bibliography


Aeyal Gross teaches International Law and Constitutional Law at Tel Aviv University. He also teaches as Visiting Reader at the School of Oriental and African Studies (SOAS) in the University of London. He served as a research fellow at the Institute of Advanced Legal Studies at the University of London, as a Visiting Fellow at the Stellenbosch Institute for Advanced Studies in South Africa, and as a Joseph Flom Global Health and Human Rights Fellow at Harvard Law School. Additionally, he taught in Columbia University, in the University of Toronto, and in the European University Institute.
Aeyal Gross serves as a member of the Board of the Association for Civil Rights in Israel, is a founding member of TAU’s LGBT & Queer Studies Forum, and contributes regularly to the Israeli daily Ha’aretz. He is the author of numerous articles on human rights and queer politics in Israël, and the co-editor, with Colleen Flood, of The Right To Health At The Public/Private Divide: A Global Comparative Study (Cambridge University Press, forthcoming 2014).

 


25/02

Rachel Spronk

(Universiteit van Amsterdam)

“Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle-class Self-perceptions in Nairobi”

En collaboration avec le Laboratoire d’Anthropologie des Mondes contemporains (LAMC)

Tuesday 25 February, 18h

Room Henri Janne, Institut de Sociologie (15th floor), Building S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract

Current debates about sexuality in Nairobi, the capital of Kenya, are related to wider processes of social transformation regarding gender, sexuality and culture that are characteristic of postcolonial Kenya. One group that embodies these transformations in a particular way is young middle-class adults. For them sexuality is an important realm for self-actualization as a woman or man, as a Kenyan, an African, and as a modern person. In this présentation, I will unfold why the focus on yuppies is an interesting angle to study sexuality in Africa, as well as why a study on people’s intimate experiences, especially bodily sensations, presents new perspectives in the study of sexuality. Lastly, I will discuss the fundamentally ambiguous nature of sex and sexuality.

 

Bio-bibliography
 

Rachel Spronk is Assistant Professor in the Department of Sociology and Anthropology at the University of Amsterdam. She works at the intersection of three scholarly fields - anthropology, gender and sexuality studies, and African studies. She is studying the development of the middle classes in Kenya and Ghana and how those social transformation relate to changes in gender, sexuality and self-perceptions. In her work she combines the ethnographic study of practices and self-perceptions with the task of rethinking our theoretical repertoires.

 


06/03

Anna Safuta
 

(FNRS-UCL)


« Faire le genre, faire le capitalisme: Travailleuses domestiques migrantes et théorie critique féministe »

Jeudi 6 mars, 18h

ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15ème étage), Bâtiment S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract


Titres-services en Belgique, chèques emploi service universels (CESU) en France, crédits d’impôt sur les services domestiques en Suède, au Danemark et en Finlande – on parle beaucoup ces dernières années des tentatives des autorités publiques de sortir le travail domestique rémunéré de l’illégalité, en le professionnalisant. Mais si le problème était abordé autrement? Nous allons nous pencher sur la personnalisation des relations de travail entre travailleuses domestiques migrantes et les particuliers qui les emploient au noir. Quelles fonctions cette personnalisation remplit-elle pour les travailleuses? Les chercheuses anglo-saxonnes qui ont étudié les services domestiques assurés par des migrantes dans les années 1990 et au début des années 2000 (Anderson 2000; Hondagneu-Sotelo 2001; Lan 2003, 2007; Parreñas 2001; Romero 1992) étaient d’avis que les employeurs personnalisaient la relation d’emploi pour mieux exploiter les travailleuses (les culpabiliser pour qu’elles travaillent plus et/ou plus longtemps par exemple). Mais qu’en est-il des travailleuses elles-mêmes? Choisissent-elles de personnaliser uniquement pour en tirer des avantages matériels ou la personnalisation remplit-elle aussi d’autres fonctions? Sur base de 35 entretiens avec des migrantes qui travaillent comme femmes de ménage et/ou s’occupent de personnes âgées à Bruxelles ou à Varsovie (Pologne), nous allons nuancer les conclusions de ces premières recherches sur les services domestiques assurés par des migrantes. A partir de là, nous interrogerons les tensions paradigmatiques et méthodologiques qui traversent la recherche féministe aujourd’hui. Nancy Fraser (2009) a-t-elle raison de dénoncer le « tournant culturel » de la théorie féministe contemporaine? La recherche féministe est-elle aujourd’hui devenue « simplement culturelle » (Butler 1997), ne s’intéressant qu’au discours et perdant de vue les aspects matériels de l’oppression de genre?

 

Bio-bibliography


Anna Safuta est aspirante FNRS à l’Université catholique de Louvain et à l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main. Sa thèse en sociologie étudie la personnalisation des relations entre travailleuses domestiques migrantes et les particuliers qui les emploient au noir. Mis à part le travail domestique et de care, Anna s’intéresse à l’histoire et à l’actualité des migrations féminines et aux transformations contemporaines du capitalisme et de l’Etat-providence. Anna travaille également à la diffusion des études de genre en Belgique en tant que co-secrétaire de Grabuges (Groupe belge associatif et interuniversitaire en études féministes, de genre et sur les sexualités).

 


 

03/04

Dan Healey
 

(Oxford University)


"The Diary of Soviet Singer Vadim Kozin: Reading Queer Visibility in 1950s Russia"

Thursday 3 April, 6:00 pm

Room Doucy , Institut de Sociologie (12th floor), Building S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract


Vadim Alekseevich Kozin (1905?-1994) shot to Soviet stardom as a singer of apolitical “gypsy romance” songs during the height of Stalin’s Terror and then the Great Patriotic War. In 1945, he was imprisoned in the Gulag forced labour camps of Magadan in the Far East for his homosexuality and supposed anti-Soviet sentiments. Released in 1950, he struggled to rebuild his career, topping the bill on tours of Siberia with the Magadan Musical Theatre in 1955-1956. His diary recording eighteen months “on tour” during these years offers a tantalizing glimpse of the everyday life of a Siberian superstar with a queer eye for the Soviet guy. At the same time, the diary raises troubling questions for the historian of the Gulag queer; yet the diary still offers exciting opportunities for the historian alert to the existential questions for Soviet queers that it poses, and for the ways in which it anticipates the politics of queer visibility in today’s homophobic Russian Federation.

 

Bio-bibliography


Dan Healey joined St Antony’s College as Professor of Modern Russian History in October 2013. Before that he taught at the University of Reading (2011-2013) and at Swansea University (2000-2011). He received his BA in Russian Language & Literature from the University of Toronto in 1981, and after a career in the travel industry, his PhD from the University of Toronto in 1998.
He is the author of several books and articles on modern Russian history. His study of the history of homosexuality in tsarist and Soviet Russia, Homosexual Desire in Revolutionary Russia: The Regulation of Sexual and Gender Dissent, was published in 2001 by University of Chicago Press, and was designated proxime accessit for the Royal Historical Society’s 2001 Gladstone History Book Prize. It was published in Russian by Ladomir Press, Moscow, in 2008. A study of the early Soviet “sexual revolution” followed in 2009, entitled Bolshevik Sexual Forensics: Diagnosing Sexual Disorder in Clinic and Courtroom, 1917-1939. He is currently researching a book on the history of medicine in Stalin’s Gulag camps.
He has also edited two essay collections: Soviet Medicine: Culture, Practice, Science (2010) with F. Bernstein and C. Burton; and Russian Masculinities in History and Culture (2002) with B. Clements and R. Friedman. He has published many articles and book chapters on the history of Russian homosexuality, on Russia’s contemporary politics of so-called “non-traditional” sexualities, on the history of Russian psychiatry and forensic medicine, on gender, and on the Gulag.

 


15/05 - 16/05

 

Avec le soutien du Recteur, des Facultés de Droit, de Philosophie et Lettres et des Sciences sociales et politiques, de l’Institut de Sociologie, du Centre Philixte et de l’Union des Anciens Etudiants de l’ULB ;
Du Fonds de la Recherche scientifique (FRS-FNRS) et de l’Association belge francophone de science politique (ABSP) ;
De la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la COCOF, de la Ville de Bruxelles et du Centre d’Action laïque et de l'Institut pour l'Egalité des Femmes et des Hommes.

 

Colloque international

« Habemus Gender ! Déconstruction d’une riposte religieuse »

 Habemus gender ! affiche

Au cours des derniers mois, les mobilisations françaises contre l’ouverture du mariage et de l’adoption aux unions de même sexe ont défrayé la chronique, tant en France qu’à l’étranger. Celles-ci ont révélé l’existence d’un mouvement sans précédent, dont l’agenda dépasse largement le cadre de la loi adoptée en 2013. En effet, ces opposants ne refusent pas seulement le droit de se marier ou de devenir parents aux couples homosexuels, mais dénoncent aussi ce qu’ils appellent l’« idéologie » ou la « théorie du gender ». Selon eux, cette « idéologie/théorie », qui nierait l’altérité sexuelle et refuserait de penser les relations entre hommes et femmes sur le mode de la complémentarité, constituerait une dangereuse menace pour l’humanité. Pour cette raison, la Manif pour tous et les autres groupes appartenant à cette mouvance ont élargi leur champ d’action et se mobilisent par exemple contre l’enseignement du genre dans les écoles ou à l’université.

Si l’opposition à l’« idéologie/théorie du gender » a pris des allures spectaculaires dans l’Hexagone, on la retrouve aujourd’hui dans un grand nombre de pays. Prenant des formes diverses selon les contextes nationaux, elle se manifeste aussi au sein d’institutions internationales telles que l’Union européenne ou l’ONU (une institution particulièrement décriée par ces acteurs depuis la conférence de Bejing). À partir d’une relecture d’auteurs tels que Judith Butler, John Money ou Robert Stoller, l’« idéologie/théorie du gender » offre un cadre analytique permettant de dénoncer les détournements de langage auxquels se livreraient indistinctement théoricien-ne-s du genre, militant-e-s féministes et activistes LGBT et d’embrasser ces trois ennemis de manière simultanée. L’« idéologie/théorie du gender » constitue ainsi un outil puissant de contre-offensive idéologique et un instrument de lutte contre les avancées en termes de droits.

Ce discours est particulièrement présent au sein de l’Église catholique qui, des communautés locales aux plus hautes instances de la hiérarchie vaticane, dénonce avec chaque fois plus de véhémence les méfaits supposés du « gender ». Comme en témoigne le Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques élaboré par le Conseil pontifical de la famille en étroite collaboration avec la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (2003), le genre constitue en effet un sujet de croissante préoccupation pour les autorités de l’Église, qui veulent s’opposer avec urgence aux progrès des études de genre, des combats féministes et des luttes homosexuelles. D’ailleurs, depuis Jean-Paul II, le Vatican a joué un rôle clé dans l’élaboration et la diffusion du discours sur l’« idéologie/théorie du gender », qui se retrouve aujourd’hui aux quatre coins de la planète.

S’inscrivant dans les engagements de l’Université libre de Bruxelles depuis sa fondation en 1834, ce colloque international souhaite mieux comprendre ce discours et la manière dont il se diffuse. Résolument pluridisciplinaire, il poursuit quatre objectifs :

1. Étudier la genèse et les fondements du discours sur l’« idéologie/théorie du gender », ainsi que les différents domaines dans lesquels il se manifeste
2. Retracer les canaux et les mécanismes de diffusion de ce discours ainsi que les stratégies dans lesquelles il s’inscrit, dans un contexte tant national que supra ou transnational
3. Explorer les conditions dans lesquelles ce discours fonctionne et les raisons de son succès dans certaines sociétés ou institutions internationales
4. Étudier les alliances et les transferts entre religions.

Plusieurs keynote speakers ont confirmé leur présence :
Mary Anne Case (University of Chicago), Éric Fassin (Université Paris VIII), Camille Robcis (Cornell University), Joke Swiebel (Former Chair of the European Parliament LGBT Rights Intergroup) et Mieke Verloo (Radboud Universiteit Nijmegen).

Le colloque se tiendra en français et en anglais sans traduction.

Responsables
Valérie Piette,
Sages, Faculté de Philosophie et Lettres, 
vpiette@ulb.ac.be
David Paternotte,
Atelier Genre(s) et Sexualité(s), Faculté des sciences sociales et politiques, 
david.paternotte@ulb.ac.be

Comité d’organisation
Mylène Botbol-Baum (UCL), Annalisa Casini (ULB), Stéphanie Loriaux (ULB), Anne Morelli (ULB), Valérie Piette (ULB), David Paternotte (ULB), Nicolas Thirion (ULg), Sophie van der Dussen (FNRS/ULB), Cécile Vanderpelen-Diagre (ULB).

Comité scientifique
Mylène Botbol-Baum (UCL), Annalisa Casini (ULB), Nicole Gallus (ULB), Stéphanie Loriaux (ULB), Bérengère Marques-Pereira (ULB), Anne Morelli (ULB), Nouria Ouali (ULB), Valérie Piette (ULB), David Paternotte (ULB), Cécile Vanderpelen-Digre (ULB).

Lieu
Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité (CIERL)
Avenue Roosevelt, 17
1050 Bruxelles

Droit d’entrée
2 jours : 15 euros
1 jour : 10 euros
Séance plénière du 15 mai à 18h : gratuit
Étudiants et chômeurs : gratuit

 

Habemus gender ! programme 1

 

Habemus gender ! programme 2

 

Habemus Gender !

Programme du colloque/Conference program

Jeudi 15 mai 2014/Thursday 15 May 2014

8.30 – 9.00
Accueil/Welcome

09.00 – 10.00
Ouverture/Opening
Grande salle
Allocutions d’ouverture et introduction/Opening addresses and introduction
• 
9h00-9h10 : Ouverture et Accueil : Valérie Piette
• 9h10-9h15 : Annemie Schaus, Vice-Rectrice à la politique académique et à la gestion des carrières
• 9h15-9h20 : Manuel Couvreur, Doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres
• 9h20-9h25 : Jean-Michel De Waele, Doyen de la Faculté des Sciences sociales et politiques
• 9h25-9h30 : Andrée Puttemans, Doyenne de la Faculté de Droit
• 9h30-9h35 : Michel Pasteel, Directeur de l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes
• 9h35-9h40 : Alexandra Adriaenssens, Directrice de la Direction de l’Egalité des Chances, Fédération Wallonie-Bruxelles
• 9h40-9h45 : Benoît Van der Meerschen,Directeur de la Cellule Etude & Stratégie,Centre d'Action Laïque
• 9h45-9h50 : Eddy Caekelberghs, Président de l’Union des Anciens Etudiants de l’ULB
• 9h50-10h00 : Présentation du colloque par David Paternotte

10.00-12.00
Session plénière 1 Habemus Gender ! Qu’est-ce que l’« idéologie du genre » ?

Plenary session 1 Habemus Gender ! What is the « ideology of gender »?
Grande salle
Présidence : David Paternotte (Université libre de Bruxelles)
• Joke Swiebel (Former Chair of the European Parliament LGBT Rights Intergroup)
• Mary-Anne Case (University of Chicago) Gender Anathemitized
• Éric Fassin (Université Paris VIII) Gender and the Democratic Problem of Universals.
The Politics of Anthropology, Biology, and Theology

12.00 – 13.30: Lunch

13.30 – 15.00
Session 1 : Paroles d’Eglise/The Church Speaks
Grande salle
Présidente/Chair : Anne Morelli (Université libre de Bruxelles)
• Odile Fillod Le Vatican et l’invocation des sciences biomédicales contre « le gender » : analyse d’un raté signifiant
• Anthony Favier (Université Lyon 2/Sciences Po Paris) Le positionnement complexe des théologiens qui souhaitent faire dialoguer études de genre et catholicisme (France, années 2010).
• Pascale Vielle (Université catholique de Louvain) Une perspective de genre sur le travail dans la doctrine sociale de l’Eglise catholique

15.00 - 15.30: Café & thé/Coffee & tea

15.30 – 17.00: Session 2

Session 2A: Genèse(s)/Genesis
Grande salle
Présidente/Chair : Bérengère Marques-Pereira (Université libre de Bruxelles)
• Romain Carnac (École Pratique des Hautes Études) Le « genre » avant la lettre: (ré)émergence et consolidation du thème de la différence sexuelle dans les discours magistériels de l’après-concile (1965-2000)
• Juliette Masquelier (Université libre de Bruxelles) Quand la contestation vient de l’intérieur : les associations féministes et gays catholiques face à la construction de l’ « idéologie du genre »
• Cécile Vanderpelen-Diagre (Université libre de Bruxelles), Emilie Brébant (Université libre de Bruxelles) « Ceci n'est pas une opinion » : Le discours des nouveaux militants anti-IVG sur le corps de la femme (France et Belgique, 1990-2013)

Session 2B: Butler, papesse du genre ?/Butler, the gender papess ?
Salle Victoria
Présidente/Chair : Annalisa Casini (Université libre de Bruxelles)
• Mylene Botbol Baum (Université catholique de Louvain) Au-delà de la subjection aux croyances: avec Butler défaire et resignifier le Gender
• Amal Guha (Modyco, CNRS UMR7114/Université Paris Ouest Nanterre) Genèse du genre : comment la citationnalité du genre peut bousculer le débat créationniste.
• Nathalie Grandjean (Université de Namur) Habemus gender : à quoi tient l’idéologie hétéronormative

18.00 – 20.00
Session plénière 2 L’« idéologie du gender » made in France
Plenary Session 2 « Gender Ideology » Made in France

Maison des Anciens Etudiants de l’ULB
Campus de la Plaine – Accès n°4

Boulevard du Triomphe – CP 235
1050 Bruxelles

Présidence : Valérie Piette (Université libre de Bruxelles)
• Jacqueline Heinen (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) La différence de sexe érigée en norme.
Sus au concept de ‘gender’ !
• Camille Robcis (Cornell University) Gender, Gay Marriage, and the Turn to the Human

.

Vendredi 16 mai 2014/Vendredi 16 May 2014

9.30 – 11.00: Session 3

Session 3A : Mobilisations en tous genres /Mobilizations of all kinds
Grande salle
Présidente/Chair : Mylène Botbol Baum (Université catholique de Louvain)
• Céline Béraud (Université de Caen, IUF) La mobilisation contre le mariage pour tous, un front commun des religions ?
• Joan Stavo-Debauge (Université catholique de Louvain), Marta Roca i Escoda (Université de Lausanne) Les contre-mobilisations comme vecteurs de dé-mobilisation des droits
• Martina Avanza (Université de Lausanne) Mobilisations anti-gender et milieux catholiques pro-life en Italie

Session 3B : Une vocation universelle/ A universal vocation
Salle Victoria
Présidente/Chair : Nicole Gallus (Université libre de Bruxelles)
• Emmanuelle Bribosia (Université libre de Bruxelles), Isabelle Rorive (Université libre de Bruxelles) La rhétorique des droits de l’Homme aux prises avec les mouvements religieux
 Laura Van den Eynde (Université libre de Bruxelles) References to Gender Ideology in Arguments Submitted to Courts: An Analysis of the Discourse of Interest Groups Before the U.S. Supreme Court and the European Court of Human Rights.

11.00 – 11.30: Café & thé/Coffee & Tea

11.30 – 13.00: Session 4
Session 4A : Action/réaction/Action/Reaction
Grande salle
Présidente/Chair : Monique Weis(Université libre de Bruxelles)
• Wannes Dupont (Universiteit Antwerpen) Ecce Ancilla Nationis. The church as the handmaiden of a pro-natalist raison d’état
• JT (Université Paris 8) Diffusion de la dénonciation de « l’idéologie du genre » et consécration de nouvelles « autorités religieuses ». Les blogueurs de la « cathosphère » française : L’exemple de Koztoujours
• José Ignacio Pichardo Galán (Universidad Complutense de Madrid), Mónica Cornejo Valle (Universidad Complutense de Madrid) « Gender theory » as a political counter-attack against LGBT and women’s rights in Spain

Session 4B : Marianne et l’Oncle Sam/Marianne and Uncle Sam
Salle Victoria
Présidente/Chair : Nouria Ouali (Université libre de Bruxelles)
• Florence Rochefort (CNRS)« Mariage pour tous » : genre, religions et sécularisation
• Véronique Pronovost (Université du Québec à Montréal) La droite chrétienne américaine et la « théorie du genre » : Le cas du mouvement des centres d’aide à la grossesse

• Jean-François Brault (Université Paris VIII/EHESS/EPHE) Le catholicisme français : une minorité religieuse d’un genre à part.

13.00 – 14.00: Lunch

14.00 – 16.00: Session 5

Session 5A : Réactions en chaîne/Chain reactions
Grande salle
Présidente/Chair : Sophie van der Dussen (Université libre de Bruxelles)
• Marylène Lapalus (Université Lyon 2) Les stratégies du discours sur « la ideología del género » contre la violence de genre au Mexique
 Sara Garbagnoli (Ecole des hautes études en sciences sociales) Performance et performativité de la « théorie du genre » entre France et Italie. Déclinaisons nationales d'un discours réactionnaire transnational
• Jonatan Cruz Angeles (Universidad de Jaén/Université de Paris Ouest Nanterre) Doctrine espagnole de l’« idéologie du genre »/Droit égal au mariage : veni, vidi, vici?
• Natacha Chetcuti (GTM/CRESSPA) De la critique des « théories du gender » à une médiatisation de l’égalité des genres : Emancipation sexuelle et conflit des interprétations du principe de laïcité en France.

Session 5B : (Dés)instruction publique/Public (Dis)instruction
Salle Victoria
Présidente/Chair : Stéphanie Loriaux (Université libre de Bruxelles)
• Francesca Arena (Telemme, Université Aix-Marseille), Perrine Lachenal (Idemec, Université Aix-Marseille) Des manuels scolaires qui fâchent : retour sur la tentative française d’« enseigner » le genre
• Caroline Dayer (Université de Genève) Du genre à tout faire. Mise en perspective du contexte suisse
 Mona Zegaï (Université Paris 8) Travailler sur la socialisation de genre par les jouets à l’heure de la « théorie du genre »
 Julie De Ganck (Fonds national de la recherche scientifique/Université libre de Bruxelles) « Les seins m’en tombent ! » Retour sur l’expérience d’une historienne de l’intersexualité

16.00 – 16.30
Conclusions
• Bérengère Marques-Pereira (Université libre de Bruxelles)
• Anne Morelli (Université libre de Bruxelles)
• Mieke Verloo (Radboud Universiteit Nijmegen)

 


 26/05

Sarah J. Gervais


(University of Nebraska at Lincoln)


“My eyes are up here: The causes and consequences of sexual objectification”

En collaboration avec le Centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle et Psyceduc (l’école doctorale thématique en psychologie et sciences de l’éducation)

Monday 26 May, 18h


Room Henri Janne, Institut de Sociologie (15th floor), Building S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract


The objectifying gaze – visually scanning women’s bodies or staring at their sexual body parts – is theorized as one of the main manifestations of sexual objectification in women’s everyday lives. Despite this, scant research has examined the causes and consequences of the objectifying gaze for perpetrators and recipients. Sarah Gervais sheds light on these issues in a novel program of research that utilizes basic cognitive and high impact social psychological studies to examine objectification. Implications for women’s self-sexualizing behaviors and alcohol-related violence on college campuses will be discussed.

 

Bio-bibliography


Sarah J. Gervais is an Assistant Professor in Social and Law Psychology and the director of the Power and Subtle Prejudice Lab at the University of Nebraska at Lincoln. Examining behaviors like objectification, patronization, and interpersonal confrontation, Sarah. Gervais has found that the discriminatory acts of powerful people are often more subtle and nuanced than previously thought, but they still have negative consequences for recipients. Her research is funded by the National Science Foundation and has been published in such outlets as Psychological Science, Journal of Personality and Social Psychology, Analysis of Social Issues and Public Policy, and Psychology of Women Quarterly.

 


03/06

Peter Hegarty
 

(University of Surrey)


“Not Essential: The Inherently Unstable Politics of Scientific Facts About Homosexuality”

En collaboration avec le Centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle et Psyceduc (l’école doctorale thématique en psychologie et sciences de l’éducation)

 

Tuesday 3 June, 6pm

Room Henri Janne, Institut de Sociologie (15th floor), Building S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract


Is there an ‘essential’ relationship between scientific claims about different kinds of people and their political effects in modern or postmodern cultures? In recent decades, as increasing proportions of people have come to believe that homosexuality - particularly in men - is inborn, psychologists have tended to celebrate how this trend refutes the notion that homosexuality can be tied to sin, cause or blame. Simultaneously, and in contrast, academic scholarship in the humanities has never so strongly emphasized that human sexuality is an irreducibly historical category, and that sexualities are ‘socially constructed’ in various ways.
In this talk, I inform this landscape with historical analysis of a mid-20th century debate about sexuality that shows variability in the relationship between fact and value, and with contemporary psychological evidence that the arguments that sexuality is inborn is in inherently pro-gay is, at best, grossly overstated. I conclude that the relationship between science and politics is far more variable than current psychological models allow, and that such models can only accommodate the landscape of contemporary sexual politics by engaging with scholarship on the history of sexuality and deprioritizing interest in discovering the ‘truth’ about sexuality.

 

Bio-bibliography


Peter Hegarty is a Reader and Head of School of Psychology at the University of Surrey in the UK. His work cuts across the fields of psychology, history and sociology and aims for impactful informed analyses of how the sexual politics of contemporary science and scientifically mediated cultures are affected by the dynamics of normativity.
His first book Gentlemen's Disagreement: Alfred Kinsey, Lewis Terman, and the Sexual Politics of Smart Men was published by University of Chicago Press in 2013, and he has authored and co-authored 70 other articles which have appeared in such diverse venues as Journal of Personality and Social Psychology, Journal of the History of Sexuality, Annual Review of Sex Research (forthcoming), Women’s Studies International Forum, Radical Statistics, and Perspectives on Psychological Science.

 

Avec le soutien de la Faculté des Sciences sociales et politiques et de l’Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles.

 


17/09

“Trans* Citizenship: Contemporary Challenges in Europe”

 

Wednesday 17 September, 6-8 pm

Room Henri Janne, Institut de Sociologie (15th floor), Building S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Roundtable with :
Zowie Davy (University of Lincoln)
Sally Hines (University of Newcastle)
Jan Simon Hutta (Universität Bayreuth)
Surya Monro (University of Huddersfield)
Judit Takács (MTA TK Szociológiai Intézet, Budapest)
Janneke van der Ros (Lillehammer University College),

Chair : Joz Motmans (Universiteit Antwerpen)

 

Abstract


This roundtable brings together established European scholars working in the trans* field to chart contemporary challenges to trans* citizenship across Europe today. It addresses citizenship and recognition, welfare regimes, and social movements.
This roundtable is held within the frame of the European Science Foundation exploratory 
workshop “Transgender and Political Science in Europe: a comparative workshop”, organized by Joz Motmans (Universiteit Antwerpen), Surya Monro (University of Huddersfield) and Janneke van der Ros (Lillehammer University College).

 

Biographies


Zowie Davy, PhD, is a Senior Lecturer in the School of Health and Social Care, University of Lincoln. Davy’s work centers on quality improvements in healthcare. She currently works on projects looking at curricula content for medical health and social care students, gender based violence on campus, and critically examining sexological expertise regarding transgender bodily aesthetics and embodiment. Zowie has published a number of articles about transgender embodiment and was the co-editor of Bound and Unbound: Interdisciplinary Approaches to Genders and Sexualities (Cambridge Scholars Press). Another book, Recognizing Transsexuals: Personal, Political and Medicolegal Embodiment, explores how the bodies of transpeople are figured and reconfigured in socio, politico and medico-legal contexts. The book was awarded the British Sociological Association’s Philip Abrams’ memorial prize 2012.

Sally Hines is Director of the Centre for Interdisciplinary Gender Studies (CIGS), and Associate Professor of Sociology and Gender Studies in the School of Sociology and Social Policy at the University of Leeds. Her books include: TransForming Gender: Transgender Practices of Identity, Intimacy and Care (Policy Press, 2007); Gender Diversity, Recognition
and Citizenship: Towards a Politics of Difference’(Palgrave MacMillan, 2013), Transgender Identities: Towards a Social Analysis of Gender Diversity (ed. with Tam Sanger, Routledge, 2009); Theorizing Intersectionality and Sexuality (ed. with Yvette Taylor and Mark Casey,
Palgrave MacMillan, 2011), Sexualities: Past Reflections, Future Directions (ed. with Yvette Taylor Palgrave MacMillan, 2012). She has co-edited special journal editions of Sociology (Special Issue on Sexualities) and Gender, Place and Culture (Special Issue on Transgender), and has published in a wide range of journals including Sociology, Gender, Place and Culture, Sociological Research Online.
Critical Social Policy; Journal of Gender Studies. Sally has recently completed an ESRC funded knowledge exchange grant ‘Recognising 
Diversity?: Equalities in Principle and Practice’ (2012-2013, which drew on her previous ESRC funded project ‘Gender Diversity, Recognition and Citizenship’ (2008-2010).

Jan Simon Hutta is lecturer at the University of Bayreuth, working in the Cultural Geography Research Group. He has conducted research in Brazil and Germany on sexual and transgender politics, urban governmentality, and relations of affect, subjectivity and space. He received his PhD from The Open University in Milton Keynes, UK. He has published book chapters and journal articles in Environment and Planning D, GJSS and Geography Compass and is currently working on a monograph on affective enactments of citizenship in Brazil. Between 2010 and 2012, he worked for the international research project ‘Transrespect versus Transphobia Worldwide’ of the NGO Transgender Europe. He is committee member of the Space, Sexualities and Queer Research Group (SSQRG) of the Royal Geographical Society and founding editor of the German-language open access journal on critical urban research ‘sub\urban – Zeitschrift für kritische Stadtforschung’.

Surya Monro a Reader in Sociology and Social Policy based at the University of Hudderfield, UK. Surya has published substantially in the fields of gender and sexuality, notably on the topic of lesbian, gay, bisexual and transgender equalities. She is the author of Gender Politics: Citizenship, Activism, and Sexual Diversity (Pluto Press 2005) and co-author (with Diane Richardson) of Sexuality, Equality and Diversity (Palgrave MacMillan, 2012).

Joz Motmans, PhD, is coordinator of the LGBT research unit of the Policy Research Centre on Equality Policies at the University of Antwerp. He's also the coordinator of the Flemish “Transgender Infopunt” (www.transinfo.be), a central information & knowledge centre in Flanders hosted at the University Hospital of Ghent. As a researcher, Joz has published (inter)nationally on the living conditions of trans people, their experiences with harassment, discrimination and violence, their quality of life, and on transphobia and trans activism. www.ua.ac.be/joz.motmans

Judit Takács graduated in History, Hungarian Language and Literature and Cultural Anthropology (ELTE, Budapest), and completed an MA in Social Sciences at the University of Amsterdam. She holds a Ph.D. in Sociology and works as a Senior Research Fellow at the Institute of Sociology, CSS, Hungarian Academy of Sciences, responsible for leading research teams and conducting independent research on social exclusion/inclusion of LGBTQ people, HIV/AIDS prevention, and social history of homosexuality as well as family practices, work-life balance issues and childlessness. Her most recent publications include an article on How to Measure Homophobia in an International Comparison? A list of her publications can be found at http://www.policy.hu/takacs/publications.php.

 


14/10

Sibylla Mayer  

(Université catholique de Louvain)

« Agir sur la demande pour prévenir la traite des êtres humains : émergence d’une nouvelle injonction européenne ? »

Mardi 14 octobre, 18-20h

ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15ème étage), Bâtiment S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract


Renforcer la prévention est une priorité de la « Stratégie de l’Union européenne en vue de l’éradication de la traite des êtres humains ». Dans ce contexte, « cerner et réduire la demande » de biens et services fournis par des victimes de la traite apparaît comme un objectif majeur. Par ailleurs, la directive 2011/36/UE concernant la prévention de la traite des êtres humains et la lutte contre ce phénomène ainsi que la protection des victimes invite les Etats membres à ériger en infraction pénale le fait de recourir aux services qui font l’objet de l’exploitation. L’action sur la demande, notamment de services sexuels, tend ainsi à devenir une injonction en matière de prévention de la traite, mais également des politiques de la prostitution. Dans cette présentation, nous proposons d’interroger son émergence dans l’espace européen et de retracer les mobilisations qu’elle suscite.

 

Biographie


Sibylla Mayer est docteure en sociologie et FSR-Marie Curie Fellow à l’UCL (Chaire Hoover & Cirfase). Elle a soutenu en 2012 une thèse intitulée « Lieux de prostitution. Une approche sociologique de la prostitution de rue à Luxembourg » réalisée en cotutelle à l’Université du Luxembourg et à l’Université Paris Ouest Nanterre. Ses recherches actuelles portent sur le traitement social et politique de la traite des êtres humains au Luxembourg et dans le contexte européen. Sibylla Mayer est membre du bureau du groupe de travail Sociologie des sexualités de l'AISLF et responsable du comité de rédaction de la revue Genre, sexualité et société.

 


18/11

Mathieu Trachman

(Institut national d’études démographiques, Paris)

« L’appropriation du vulgaire. Genre et classe dans le travail pornographique »

Mardi 18 novembre, 18-20h

ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15ème étage), Bâtiment S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract


Pourquoi s’investir dans la pornographie ? Si les profits économiques, ou la facilité d’avoir des rapports sexuel sont des explications souvent avancées, elles occultent les appartenances de celles et ceux qui font de la pornographie et les intérêts symboliques du métier. L’investissement dans une profession discréditée est un coup de force qui suppose à la fois des ressources pour s’approprier une catégorie illégitime et les raisons de s’investir dans une activité qui ne semble pas nécessairement désirable. La difficulté à faire fructifier les capitaux scolaires et professionnels, une carrière sexuelle spécifique sont des éléments importants. Mais c’est aussi l’appropriation du vulgaire, et les jeux avec les rapports de classe et de genre que cela permet, qui est au centre du métier.

 

Biographie


Mathieu Trachman est sociologue, chargé de recherche à l’Ined. Il a récemment publié Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, La Découverte, 2013, et, avec Rostom Mesli, « Parias sexuels », Genre, sexualité et société, n° 11, 2014.

 


04/12

Caroline Dayer

(Université de Genève)

« A l’école de l’hétérosexisme. La formation contre les discriminations » 

Jeudi 4 décembre, 18-20h

ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15ème étage), Bâtiment S
Avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles

 

Abstract


De quelles manières les violences de la matrice hétérosexiste traversent-elles la cour comme la classe, la rue comme le foyer ? En quoi marquent-elles la construction identitaire et les processus de socialisation ?
Ces questions sont appréhendées à travers la problématisation de la triade sexe-genre-sexualité et à l’aune d’une grille d’analyse interdisciplinaire décryptant les mécanismes de rejet. Les concepts de norme, de stéréotype, de construction de l’autre, de stigmate et d’injure sont notamment développés et articulés. Basée sur des entretiens de recherche semi-directifs, cette contribution met en évidence les besoins et les pistes des personnes qui sont les cibles de telles violences. Elle présente également la conception et la mise en œuvre de 
dispositifs de formation ainsi que de projets participatifs concernant autant le contexte scolaire que professionnel.

 

Biographie


Caroline Dayer est enseignante et chercheuse à l’Université de Genève. En parallèle de son parcours doctoral, elle a réalisé un DEUG en sciences sociales à Paris VIII et le Certificat lémanique en études genre. Ses travaux portent sur l’éducation-formation et les discriminations (sexisme, homophobie, racisme) ainsi que sur l’épistémologie et la méthodologie de la recherche. Elle a notamment publié les ouvrages De l’injure à la gay pride. Construction sociale de la connaissance et processus identitaire (Université de Genève, 2005) et Sous les pavés, le genre. Hacker le sexisme (Aube, 2014) ainsi que de nombreux articles dont Souffrance et homophobie. Logique de stigmatisation et processus de socialisation (PUF, 2010) et De la cour à la classe. Les violences de la matrice hétérosexiste (Recherches et Educations, 2013).