2013

19/02

Cécile Plaud & Béatrice Sommier 

(ESC Bretagne)

 
« Veuvage et sexualités chez les femmes après 60 ans »

Discutante : Valérie Piette (ULB)

Mardi 19 février, 12-14h

 

Abstract

Veuvage des femmes après 60 ans et sexualité apparaissent souvent comme incompatibles. Cela repose notamment sur l’éducation que les femmes nées entre 1936 et 1952 ont reçue et qui ne faisait guère de place à la sexualité et la cantonnait au mariage. A ce fait s’ajoutent des représentations sociales malveillantes envers la sexualité des veuves, comme celle considérant que les femmes ménopausées ne sont plus désirables. Enfin, il ressort des statistiques que le veuvage chez les femmes après 60 ans implique la fin de la vie sexuelle dans la majeure partie des cas. Nous avons cherché à en savoir plus à travers des entretiens en profondeur conduits auprès de cette catégorie de la population. Notre étude nous a permis de constater que la réalité est beaucoup plus nuancée et que le veuvage féminin après 60 ans ne rime pas nécessairement avec a-sexualité.

 

Biographies

Cécile Plaud est professeure associée en marketing et chef du département compétitivité et clients à l’ESC Bretagne Brest, ainsi que chercheure associée au Laboratoire de recherche ICI, Université de Bretagne Occidentale. Ses recherches portent sur le comportement du consommateur, l’entrepreneuriat, les transitions de vie et le marché des aîné, le marketing sociétal et la méthodologie qualitative. Elle a notamment publié l’article « Veuves joyeuses ou honteuses ? Sexualité ou a-sexualité après 60 ans suite à la perte du conjoint » (Genre, sexualité et société, 2011, avec Béatrice Sommier).

Béatrice Sommier est docteure en anthropologie sociale et ethnologie et professeure associée en marketing et sciences humaines (département compétitivité et clients) à l’ESC Bretagne Brest et membre du Laboratoire de recherche ICI, Université de Bretagne Occidentale. Ses thèmes de recherche incluent l’étude du comportement du consommateur et de l’acheteur (secteur culturel, marché du bio), les relations de genre et la méthodologie ethnographique. Elle a notamment publié le livre Aimer en Andalousie du franquisme à nos jours ; une ethnologie des relations hommes-femmes (L’Harmattan 2006) et l’article « Veuves joyeuses ou honteuses ? Sexualité ou a-sexualité après 60 ans suite à la perte du conjoint » (Genre, sexualité et société, 2011, avec Cécile Plaud).

 


25/02

En collaboration avec le GERME


Jan Willem Duyvendak 

(Universiteit van Amsterdam)



"The Gendered Meaning of Home: What is Public, What is Private?"

Lundi 25 février, 18-20h

Duyvendak

 

Abstract

The meaning of “home” is changing, both in the United States and Western Europe, under the influence of the gender revolution. There are the daily struggles to balance care and work and to create places where we can “feel at home”. Feminist sociologists, like Arlie Hochschild, who strongly supported the breakdown of “home” in the 1960s and 1970s-since women were the prime homemakers-plea for a re-appreciation of the meaning of home now that nobody seems to care for home anymore and the private sphere is overwhelmed by work and commerce. In his new book, The Politics of Home: Belonging and Nostalgia in Western Europe and the United States (2011, Palgrave), Duyvendak analyzes what is actually happening in terms of feeling at home and what to think about a world where home becomes work, and work becomes home. 

Biography

Jan Willem Duyvendak is full professor in Sociology at the Universiteit van Amsterdam since 2003, after he had been director of the Verwey-Jonker Institute for Social Research (1999-2003) and Professor of Community development at the Erasmus Universiteit Rotterdam. He has widely published on gay and lesbian identity politics, as well as edited multiple books on the same topic, such as The Global Emergence of Gay and Lesbian Politics. National Imprints of a Worldwide Movement (with B.D. Adam and A. Krouwel) and Lesbian and Gay Studies. An Introductory, Interdisciplinary Approach (with T. Sandfort, J. Schuyf and J. Weeks). Moreover, Duyvendak’s other fields of research are disadvantaged neighbourhoods in large cities, community development, multiculturalism, social movements and urban renewal. He has recently published The Politics of Home: Belonging and Nostalgia in Western Europe and the United States (2011, Palgrave), which examines notions of feeling at home and belonging. Recent publication also include a research on anti-gay violence in Amsterdam called Als ze maar van me afblijven. Een onderzoek naar antihomoseksueel geweld in Amsterdam (with L. Buijs & G. Hekma).

 


25/03

Jacqui Gabb

  (The Open University)

 

“Enduring love? Un/settling coupledom in the 21st Century”


Lundi 25 mars, 18h

 

Abstract

 

This talk will introduce the “Enduring Love?” project and its innovative methodology. The “Enduring Love?” project (ESRC) is a psycho-social mixed methods study of couple relationships in contemporary Britain. Presenting findings from the online survey alongside illustrations from the qualitative data, Jacqui Gabb will explore emerging themes from the dataset with particular emphasis on our key analytical foci – gender, generation and parenthood. Her talk will develop the following questions: is there a magic formula that enables some couples to stand the test of time, surviving and thriving through good times and bad? What role do love, affection and sexual intimacy play in women and men’s experience? Does having children enrich or detract from the couple relationship?

A rich palette of qualitative methods enabled her team to drill down into realms of embodied everyday experience using diary writing, emotion maps, individual biographical interviews and couple photo-elicitation interviews. Fieldwork was completed with 50 heterosexual and same-sex couples, aged 18-65 years, living with and without children. The survey questionnaire provides large scale quantitative data, being implemented online using SurveyMonkey. Questions and psychometric scales were deployed to examine relationship quality, the couple relationship, and relationship maintenance. The survey was completed by over 5000 participants.

For more information please see the project website: www.enduringlove.co.uk

 

Biography


Dr Jacqui Gabb is interested in exploring interdisciplinary approaches for researching and theorizing relationships, with particular interests in the areas of families, relationships, intimacy, emotions, sexuality, gender, and qualitative mixed methods approaches in the study of personal lives. She has completed several empirical research projects in these areas. She is currently working on an ESRC-funded investigation ‘Enduring Love? Couple Relationships in the 21st Century’. This project is a psycho-social mixed methods study into how adults experience, understand and sustain long-term couple relationships. She is also completing a pilot project funded by the British Academy ‘Fragile Fathering: Negotiating Intimacy and Risk in Parenting Practice’, working with colleagues Esther Dermott (University of Bristol) and Brid Featherstone (Open University). She is also Co-editor of the Open Space section in a new international journal published by Policy Press ‘Families, Relationships, Societies’.

 

Recent research publications include:

  • J Gabb (2008) Researching Intimacy in Families. Basingstoke: Palgrave Macmillan.
  •  ‘Embodying Risk: Managing Father–child Intimacy and the Display of Nudity in Families’, Sociology, (forthcoming).
     
  •  ‘Home Truths: Ethical Issues in Family Research’, Qualitative Research, Vol. 10 (4), 2010, pp. 461-478.
     
  •  ‘Troubling Displays: The Affect of Gender, Sexuality and Class’ in E. Dermott and J. Seymour (eds.) Displaying Families. Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2011, pp. 38-60.
     
  • ‘Qualitative Research on LGBT-Parent Families’ in A. E. Goldberg and K. R. Allen (eds.) LGBT-Parent Families: Possibilities for New Research and Implications for Practice. New York: Springer, pp.324-342.

 

 


25/04

Organisé avec le CDCS dans le cadre du cycle de conférences « Penser les vieillesses »


Laurent Gaissad 

(ULB-Université Paris Ouest)

« Vieillir gay. Des lieux de drague au circuit festif : espaces du plaisir à l’épreuve du temps »

Discutant : David Paternotte (FNRS-ULB)


Jeudi 25 avril, 12-14h

 

Abstract

 

Les sexualités gays se réduisent difficilement à l’acronyme HSH (Hommes ayant une Sexualité avec des Hommes) véhiculé par les recherches qui se sont fortement développées au temps du sida. Celles-ci ont surtout décrit la vulnérabilité tant biologique qu’identitaire des catégories les plus jeunes de cette « population », et leur exposition à de multiples risques. Simultanément, les revendications pour l’égalité en droit ont encouragé l’étude de la normalisation conjugale, et des acteurs publics de telles mobilisations, souvent au détriment des questions liées au désir, au corps ou à la sexualité.

En prenant pour appui deux enquêtes ethnographiques récentes1, nous verrons comment ces orientations de recherche ont contribué à masquer la forme à la fois secrète et notoire d’une sexualité des aînés, non seulement entre eux, mais aussi l’essentiel de ses dynamiques intergénérationnelles : on décrira plus particulièrement la relation entre rencontres homosexuelles et territoires dans l’espace public de nuit ou de jour, et le rôle des « anciens » dans le maintien durable d’une socialisation sexuelle au masculin, y compris à l’écart des villes et d’un anonymat supposé émancipateur.

À ces transactions homosexuelles au long cours jusque dans des villages du sud de la France, on opposera les observations menées dernièrement dans un circuit festif gay transnational en Europe (Paris, Bruxelles, Cologne, Amsterdam, Barcelone, Madrid, Berlin) : comment analyser la venue récente au multipartenariat sexuel, aux usages concomitants de psychotropes (licites ou illicites), et globalement, à la fête, d’hommes post-quarantenaires ?

On reviendra ici aussi sur l’histoire collective de l’épidémie : non plus simplement celle des experts de l’urgence socio-sanitaire ou de la lutte contre les discriminations, mais celle qui traverse les usages culturels du plaisir, souvent retrouvé à l’heure d’un vieillir avec le VIH.

 

Biographie

Laurent Gaissad est Docteur en Sociologie et Sciences Sociales, associé au LASCO-Sophiapol à l’Université de Paris Ouest Nanterre et au LAMC à l’Institut de Sociologie de l’ULB. Il a publié de nombreux articles sur "l’espace public de la sexualité" à la croisée des disciplines (socio-anthropologie, histoire, géographie, santé publique). Ses recherches interrogent la catégorisation biomédicale ou légale de l’identité sexuelle au temps du sida, et confrontent la sociologie urbaine à une anthropologie du secret pour aborder les "territoires sexuels" du cœur des nuits urbaines aux routines du quotidien. Après un mandat post-doctoral FNRS à l’ULB, où il a codirigé l’ouvrage collectif Hétéros. Discours, lieux, pratiques, Paris, Editions EPEL, 2009, et deux numéros de revues scientifiques consacrés à la question des migrations et de la sexualité, il mène actuellement une recherche sur le circuit festif gay en Europe, les réseaux d’amitiés sexuelles, d’échange et d’usages de psychotropes, initiée grâce à une bourse Sidaction.

 


07/05

Soirée sur le thème


Sexes et normes

 

Christophe Adam

(ULB)

« Une délinquance dite « sexuelle » à l'épreuve des connaissances cliniques »

Thème: développement des aspects cliniques et psychopathologiques de la délinquance.

 

Dominique De Fraene 

(ULB)
« La perversion de l’exhibition médiatique des crimes à caractère sexuel »

Thème : le rapport entre le traitement médiatique des (faits divers) crimes à caractère sexuel et la criminalisation de ce type de comportements.


Carla Nagels

(ULB)
« Les méandres de la lutte contre la traite des êtres humains aux fins d'exploitation sexuelle »

Thème : l’objectif de l'intervention est de montrer en quoi la  « victime » est instrumentalisée afin de poursuivre les réseaux criminels. Si cette instrumentalisation pourrait être réduite en accordant un véritable statut de profession à la prostitution, d’autres écueils sont néanmoins à prévoir.

 


Biographies

Christophe Adam est psychologue au service de santé mentale de Dinant dans l’équipe spécialisée dans le traitement et la guidance des auteurs d’infraction(s) à caractère sexuel. Il y rencontre des patients-justiciables dans le cadre de contraintes judiciaires de traitement psychologique. Par ailleurs, il enseigne la criminologie clinique à l’ULB et à l’UCL.

Dominique De Fraene est professeur à l'Ecole des sciences criminologiques. Il est spécialisé dans le traitement social de la délinquance juvénile mais s’intéresse également depuis plusieurs années au rapport entre crimes et médias. En quoi le traitement médiatique a-t-il une influence sur les politiques publiques qui prennent en charge la délinquance ?

Carla Nagels est première Assistante à l'Ecole des sciences criminologiques. Elle travaille depuis quelques années sur la déviance des élites et sur la fraude sociale. C’est dans le cadre de ce deuxième objet de recherche qu'elle a investigué les politiques de lutte contre la TEH.

 


23/05

Marylène Lieber 

(Université de Genève)

« Genre et mobilité dans la cité : les violences et le sentiment d'insécurité comme modalités de contrôle social sexué »

 

Jeudi 23 mai, 18-20h
 

Abstract

 

La question de la mobilité des femmes dans la cité est une question récurrente, sur laquelle l'actualité récente nous pousse à nous interroger. Les femmes peuvent-elles se déplacer dans les espaces publics sans restriction ? Les femmes et les hommes sont-ils égaux en la matière ? Obesrve-t-on des différences entre les femmes à cet égard ? En se basant sur une étude de terrain effectuée en France au début des années 2000, cette conférence entend traiter des violences à l'encontre des femmes dans les espaces publics et des stratégies que ces dernières développent pour se mouvoir en toute sécurité. En effet, la peur de subir des violences a une incidence sur la mobilité et l'autonomie des femmes, quel que soit leur âge ou leur catégorie sociale. Pensée en termes de genre, cette peur apparaît non pas comme le reflet d'une vulnérabilité plus grande des femmes, qui serait propre à leur sexe, mais comme le fruit de rapports de pouvoir inhérents aux rapports sociaux de sexe. Si les violences à l'encontre des femmes sont le plus souvent le fait de proches dans l'espace domestique, de nombreux actes « anodins » dans l’espace public, comme des remarques ou des attouchements viennent rappeler aux femmes qu’elles sont vulnérables « en tant que femmes », et permettent d'expliquer les peurs qu'elles ressentent lorsqu’elles déambulent en dehors de chez elles. Ces actes constituent en effet des formes de violence à l’encontre des femmes, trop rarement appréhendées. Ils participent à l’incorporation de discours qui construisent les femmes comme « vulnérables » et comme physiquement impuissantes face aux hommes et aux violences sexuelles.

 

 

Biographie


Marylène Lieber est sociologue, Professeure en études genre à l'Université de Genève. Ses travaux portent d'une part sur la façon dont le genre interfère avec les politiques de sécurité et plus particulièrement sur le traitement institutionnel réservé aux violences faites aux femmes (en France et en Suisse). D'autre part, elle s'intéresse aux violences dans les espace publics, avec une attention particulière sur les entraves à la mobilité des femmes. Elle a publié aux Presses de Sciences Po en 2008, Genre, violences et espaces publics : la vulnérabilité des femmes en question ou dans les cahiers du genre, en 2011, « Ce qui compte et ce qui ne compte pas. Usage des statistiques dans les politiques locales de sécurité en France ».

 


13/06

Organisé avec Sophia

Ilana Löwy 

(INSERM)

« Diagnostic prénatal: histoire d'une biomedicalisation 'genrée' »

Discutante: Mylène Botbol-Baum (UCL)

Jeudi 13 juin, 18h

Amazone, Rue du Méridien 10
1210 - Bruxelles

 

Résumé

Ma communication retracera brièvement l'histoire du diagnostic prénatal (DPN), une technologie médicale nouvelle, née de la rencontre de quatre innovations médicales: la ponction amniotique, les études de caryotype, les recherches sur des marqueurs biochimiques de la grossesse et l'échographie obstétricale, avec une innovation sociale, la libéralisation de l'avortement. Le propos s'intéressera plus spécifiquement aux conditions de la transformation du DNP, au départ une démarche proposée uniquement aux femmes perçues comme ayant un risque élevé de donner naissance à un enfant atteint d'une malformation congénitale, en une technique médicale de routine proposée à la grande majorité des femmes enceintes. Certaines innovations dans le domaine de la reproduction, telles la fertilisation in vitro, la gestation pour l'autrui ou le diagnostic préimplantatoire, ont eu une très grande visibilité publique. Par contre, la généralisation du DPN, une innovation biomédicale qui a profondément modifié l'expérience de 

grossesse des millions des femmes en mettant un grand nombre de celles-ci face à des choix difficiles, fut un processus quasi invisible. Mon intervention se penchera sur les facteurs qui ont favorisé la diffusion 'silencieuse' du DPN, tels les efforts pour identifier des fœtus trisomiques et réduire le nombre d’handicapés dans la société.

 

Parcours de recherche

Biologiste de formation, j’ai travaillé pendant dix ans dans un laboratoire d’immunologie cellulaire (à l’Institut Pasteur) avant d’acquérir une formation en histoire des sciences. J’ai étudié l’histoire de la transplantions des organes, les "sciences pasteuriennes" - la bactériologie, l’immunologie et la virologie et de la médecine tropicale, notamment le développement des sciences biomédicales au Brésil. Je me suis intéressée en parallèle aux études de genre, en travaillant sur les sujets tels l’assistance médicale à la reproduction, l’histoire de la contraception, ou les utilisations des hormones sexuelles comme médicaments. Je me suis penchée récemment sur l’histoire de la notion du risque cancéreux, notamment celui du risque de cancers féminins, ainsi qu’à celle des efforts de limiter un tel risque. En outre, j’étudie depuis longtemps l’épistémologie de Ludwik Fleck, un penseur qui a élaboré entre les deux guerres une approche hautement originelle à l’étude des sciences, toujours d’actualité aujourd’hui. Toutes mes recherches ont une trame commune : elles se focalisent sur les pratiques matérielles des chercheurs et des médecins, les rapports entre le laboratoire, la clinique et l’industrie, et les intersections entre science, société et politique.

Ouvrages publiés :

  • Ilana Löwy, L'Emprise de genre: Masculinité, Féminité, Inégalité , Paris: La Dispute, 2006.
  • Ilana Löwy et Catherine Marry, Pour en finir avec la domination masculine: de A à Z, Le Seuil: Empecheurs de penser en rond, 2007.
  • Ilana Löwy, Preventive Strikes: Women, Precancer and Prophylactic Surgery, Johns Hopkins University Press, 2009.
  • Ilana Löwy, A Woman's Disease: A History of Cervical Cancer, Oxford University Press 2011.
  • Delphine Gardey and Ilana Löwy (eds.) L'invention du naturel: Les sciences et la fabrication du masculin et du feminin, Paris: Archives d'Histoire Contemporaine, 2000.
  • Ilana Löwy & Hélène Rouch (eds), La distinction entre sexe et genre: Une historie entre biologie et culture, Paris: L'Harmattan , 2003.

 


19/06

Atelier Genre(s) et Sexualité(s) & Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains
Université libre de Bruxelles


“Exploring Sexual Hierarchies:
Gayle Rubin’s “Thinking Sex” Today”

Wednesday 19 June 2013

Room Henri Janne, (15th floor)

Gayle Rubin

In 1984, Gayle Rubin (University of Michigan) published her famous essay “Thinking Sex: Notes for a Radical Theory of the Politics of Sexuality”. First presented at a conference on sexual politics organised in 1982 at Barnard College (New York City), it rapidly became one of the most influential pieces in sexuality studies. In this text, Gayle Rubin examines the relations between gender and sexuality, and posits, unlike her 1975 “The Traffic in Women: On The ‘Political Economy’ of Sex”, that although they are closely linked gender and sexuality must be studied separately. Rubin also explores the oppressive dimensions of sexuality. Through notions such as the “charmed circle” and the “outer limits”, she describes sexual hierarchies in our societies, and interrogates what defines “good sexualities”. This leads her to order sexual practices and cultures according to their legitimacy. Finally, Rubin defends the need of empirical and descriptive studies, in particular through ethnography.

In the last thirty years, sexuality has changed. This period is often described by a weakening of sexual hierarchies and unprecedented sexual freedom. This vision has however been criticised, and several authors have unveiled the persistence as well as a reconfiguration of sexual hierarchies. A first goal of this workshop will be to assess the validity of Rubin’s Thinking Sex today. Rubin’s essay was also strongly influenced by American sex wars. It depicted more broadly forms of sexual exclusion, which were mostly based on Western sexual experiences. Therefore, this workshop will also attempt to go beyond the narrow frame of the United States and the West to explore sexual hierarchies in other contexts.

This workshop will gather papers by Belgian scholars discussing Rubin’s “Thinking Sex” from various disciplines. All will be discussed by Gayle Rubin, who will give a closing lecture.


Session 1

“Thinking Sex” in Belgium
Chair: Cathy Herbrand (King’s College London)

14h-14h20: Wannes Dupont (Universiteit Antwerpen)
Modern times.
Some questions about the course of sexual history

14h20-14h40: David Paternotte (FNRS/Université libre de Bruxelles)
Belgium: Sexual hierarchies after same-sex marriage

14h40-15h20: Discussion

 

15h20-15h50: Coffee and Tea

Session 2

“Thinking Sex” Beyond Western Sexualities?
Chair: Rostom Mesli (University of Michigan)

15h50-16h10: David Berliner (Université libre de Bruxelles)
Studying sexual subcultures in Laos, after Gayle Rubin

16h10-16h30: Chia Longman (Universiteit Gent)
“'Femme de la rue': sexism, multiculturalism and moral panic”

16h30-17h30: Discussion

18h-20h:
Chair: Joël Noret (Université libre de Bruxelles)

 

Gayle Rubin 

(University of Michigan)

“Blood Under the Bridge. Reflections on Thinking Sex"


Abstract


This talk reflects on the intellectual and political circumstances of the publication of Gayle Rubin's 1984 essay “Thinking Sex: Notes for a Radical Theory of the Politics of Sexuality.” In particular, it considers the context of the feminist “sex wars” of the late 1970s and early 1980s, offering a detailed account of several of the period's key events, publications, and debates. It also reflects on the relation between this moment in the history of feminism and the history of GLBT and queer scholarship over the past several decades.

 

Biography


Gayle Rubin is an anthropologist, and a feminist, gay, and leather scholar and activist. Her work focuses on the history, theory, geographies, and social organization of sexuality; urban sexual populations; the history of sexological theory; feminist theory and politics; and lesbian, gay, bisexual, and transgender studies.
She was a visiting fellow at the Humanities Research Centre, Australian National University (1993), the Norman Freehling Visiting Professor of Humanities at the University of Michigan (2001); and has twice been a Fellow at the Center for Advanced Studies in the Behavioral Sciences at Stanford University (2007, 2012). She has taught at University of California, Berkeley, the University of California, Santa Cruz, and the San Francisco Art Institute. She is currently Associate Professor of Anthropology and Women’s Studies at the University of Michigan.
She is the author of Surveiller et Jouir: Anthropologie Politique du Sexe (EPEL, 2010), and Deviations: A Gayle Rubin Reader (Duke University Press, 2011). She is revising a book manuscript based on her pioneering and sustained ethnographic research in the gay male leather community and the South of Market neighborhood in San Francisco, and is doing research for a new project on the feminist sex wars.

 


09/09

Organisé avec le séminaire Genre et Politique de l’Association belge de science politique.

Mary Bernstein & Nancy Naples 

(University of Connecticut)

“Sexual Citizenship and Reproductive Rights: Creating Dialogue Between Feminist and Queer Politics”

Lundi 9 Septembre

ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15ème étage)

 

Abstract


This paper examines the contradictions of the claims for sexual citizenship by gay male and infertile heterosexual couples that includes demands for the legalization of international commercial surrogacy. What do we make of this complicated colonial and capitalist political claim when the owners of the means of production are women with less resources, and therefore, less choices than those who are making claims to their bodily labor? The child born to a surrogate mother in another country is essentially “stateless”. They are not considered citizens of the country of their birth nor are they automatically granted citizenship by the nation in which their commissioning parents reside. By applying a postcolonial feminist materialist lens to the problematic of transnational commercial surrogacy, the limits and possibilities of a socially just approach to sexual citizenship and reproductive rights is brought into view. This also offers a form of intersectional praxis that is open to revision as the complexities of transnational politics and the context of economic globalization and postcolonial realignments changes.

 

Biographie


Mary Bernstein is Professor of Sociology at the University of Connecticut. Her scholarship seeks to understand the role of identity in social movements and how movement actors interact with the state and the law, with a particular focus on the LGBT movement. She has published numerous articles in the fields of social movements, sexualities, gender, and law and is co-editor of three books: Queer Families, Queer Politics: Challenging Culture and the State (Columbia University Press, 2001), Queer Mobilizations: LGBT Activists Confront the Law (NYU Press, 2009) and The Marrying Kind: Debating Same-Sex Marriage Within the Lesbian and Gay Movement (University of Minnesota Press, 2013). Recent publications include “What Are You? Explaining Identity as a Goal of the Multiracial Hapa Movement” (Social Problems); “Identity Politics” (Annual Review of Sociology); “Paths to Homophobia” (Sexuality Research and Social Policy); “Nothing Ventured, Nothing Gained? Conceptualizing Social Movement ‘Success’ in the Lesbian and Gay Movement” (Sociological Perspectives); and “Culture, Power, and Institutions: A Multi-Institutional Politics Approach to Social Movements” (co-authored with Elizabeth Armstrong, Sociological Theory). Recent awards include the Outstanding Article Award from the American Sociological Association Section on Collective Behavior and Social Movements (2009). She is currently deputy editor of the journal Gender & Society. Nancy A. Naples is professor of sociology and women's studies at the University of Connecticut where she also directs the Women's, Gender, and Sexuality Studies Program. Her research on citizenship, social policy, feminist methodology, immigration, and community activism has been published in numerous journals and edited books. Her scholarship includes over fifty book chapters and journal articles. She is author of Grassroots Warriors: Activist Mothering, Community Work and the War on Poverty and Feminism and Method: Ethnography, Discourse Analysis and Activist Scholarship; editor of Community Activism and Feminist Politics: Organizing Across Race, Class, and Gender; and co-editor (with Karen Bojar) of Teaching Feminist Praxis; Women's Activism and Globalization: Linking Local Struggles and Transnational Politics (co-edited with Manisha Desai); and The Sexuality of Migration: Border Crossing and Mexican Immigrant Men by Lionel Cantú' (with Salvador Vidal-Ortiz). She is series editor for Praxis: Theory in Action (State University of New York Press) and New Approaches in Sociology: Studies in Social Inequality, Social Change, and Social Justice (Routledge).

 


29/10

Organisé en collaboration avec le CECID (ULB)

Soirée sur le thème "Femmes et Islam à Bruxelles" 

Avec la participation de Leïla El Bachiri (Université libre de Bruxelles/Université de Genève) et Ghaliya Nadjat Djelloul (Université catholique de Louvain)

Mardi 29 octobre, 18h

ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15ème étage)

 


Présentation de l'ouvrage :

 

Leïla El Bachiri

(Université libre de Bruxelles/Université de Genève)

« Les féministes de l’islam. De l’engagement religieux au féminisme islamique. Etude des discours d’actrices religieuses « glocales »

à Bruxelles, Université des Femmes, Edition Pensée féministe, 2011

Abstract


Les discours islamiques contemporains relatifs à la « femme musulmane », véhiculés par l’ensemble des acteurs de la réislamisation à Bruxelles, sont sous-tendus des rapports sociaux de sexe avec une vision patriarcale de la famille fondée sur la division sexuelle du travail. Pourtant dans ces lieux de réislamisation à Bruxelles, il existe une émergence d’actrices religieuses, militantes musulmanes voilées se réclamant progressivement du féminisme islamique, qui revendiquent une égalité des sexes « de et par l’islam ». La spécificité de leurs discours réside principalement dans la convocation systématique des sources islamiques en tant qu’instance de légitimité des droits modernes (égalité salariale, égalité politique, etc.). Comment se définit le féminisme musulman prôné par ces actrices religieuses ? Quelle place accorde ce féminisme islamique à la femme au sein de la société et au sein du couple ? Comment se positionnent ces actrices religieuses face au postulat, défendu par les acteurs religieux, de l’obligation religieuse du voile islamique? Enfin, la présence de ces nouvelles actrices musulmanes entraîne-t-elle une transformation des rapports de genre dans la production discursive islamique au sein des lieux de la réislamisation? A partir d’une recherche doctorale sur les discours islamiques relatifs à « la femme » véhiculés à Bruxelles, qui s’est étendue de septembre 2006 à mars 2011, Leïla El Bachiri, chercheure au sein de l’Université des Femmes, apporte un éclairage inédit sur l’émergence du féminisme islamique au sein des lieux de la réislamisation.

 

Bio-bibliographie


Titulaire d’un doctorat en Philosophie et Lettres à l’Université Libre de Bruxelles, d’un DEA en Histoire des Religions et d’une licence en Sciences de la Famille, Leïla El Bachiri est actuellement chargée de cours à l’Université de Genève.

 

Ghaliya Nadjat Djelloul

(Université catholique de Louvain)

« Rapports sociaux de sexe et ethnicité : Emergence de subjectivités féministes au creuset de luttes identitaires chez des militantes musulmanes belges. »
 


Abstract


A partir d’une analyse des récits de vie de militantes pour les droits des femmes en CFWB ayant la particularité de revendiquer une religiosité musulmane, il s’agit de montrer comment le parcours social influence la religiosité, la vision des rapports sociaux de sexe et l’articulation de ces deux dimensions dans les mobiles d’engagements de ces femmes sur différentes scène sociales. Dénonçant leur invisibilisation par des assignations identitaires stigmatisantes, ces militantes revendiquent l’appropriation d’autres grammaires identitaires (féministe, religieuse, civique) dans le but de construire une posture, un discours et un imaginaire de « femme musulmane émancipée » de ses différentes sources d’oppression. Ce projet identitaire de « féministes musulmanes » est hétérogène, mais animé d’une dynamique commune de réappropriation d’une « parole confisquée », s’investissant pour faire émerger leur subjectivité alors qu’elles sont socialement positionnées à l’intersection de plusieurs systèmes de dominati on.


Bio-bibliographie


De nationalités algérienne et suisse, un parcours migratoire multiple a amené Ghaliya Nadjat Djelloul à vivre depuis quatre ans en Belgique. Ayant suivi un double cursus en relations internationales et en sociologie, elle s’est spécialisée en socioanthropologie de l’islam et en études genre. Actuellement assistante à l’Université Catholique de Louvain, elle a travaillé dans le cadre de son mémoire de master sur le « féminisme islamique » en Belgique et mène des recherches doctorales au sein du CISMOC sur l’évolution des rapports sociaux de sexe dans l’Egypte post-Moubarak, à partir des parcours de militant-e-s d’un quartier populaire du Caire. Elle a notamment publié le livre Parcours de féministes musulmanes belges: De l’engagement dans l’islam aux droits des femmes? (Académia- l’Harmattan, 2013).

 


12/11

Massimo Prearo

(Università degli studi di Verona/Ecole des hautes en sciences sociales-Paris) 

« Penser le savoir queer avec et sans Foucault »

Mardi 12 Novembre, 18h

ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15ème étage)

 

Abstract


Au moment où elle irrigue les espaces académiques en études genre et sexualité, la théorie queer est souvent considérée comme l’héritage laissé par Michel Foucault, et notamment par ces réflexions sur le sujet et le pouvoir. Pourtant, une généalogie de la théorie queer en tant que « politique de l’expérience » reste encore à faire. Autrement dit, si la voie foucauldienne du queer a été et est encore très amplement discutée et travaillée, la voie expérientielle du queer telle que formulée dans les productions politiques et poétiques de Guy Hocquenghem, Mario Mieli, Monique Wittig et Teresa de Lauretis, notamment, demeure une région inexplorée des études sur le genre et la sexualité. Comment alors saisir la mise en discours du queer comme expérience ?
Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, en pleine épidémie du sida, un groupe de personnes soucieuses de faire œuvre de témoignage et de mémoire historiques lance une grande enquête nationale en Grande Bretagne, la National Lesbian & Gay Survey. Cette enquête (N=250) a permis de recueillir des documents autobiographiques et réflexifs particulièrement riches de gays et de lesbiennes produisant un savoir ancré dans l’expérience et le vécu de leur homosexualité. Ces discours donnent à voir une forme expérientielle d’un savoir qui se définit alors comme queer et qui ouvre sur une autre histoire de la théorie queer. Il s’agira ici, dans une approche généalogique de saisir le fondement expérientiel du queer, avec et sans Foucault.

 

Biographie


Massimo Prearo est docteur en Études Politiques de l’EHESS (Paris). Sa thèse sur la construction d’un mouvement inter-associatif LGBT en France sera publiée prochainement. Il a travaillé pendant quatre ans au Centre LGBT de Paris, où il a réalisé des recherches approfondies sur l’histoire et l’actualité du mouvement français. Il est également traducteur de l’ouvrage de Mario Mieli, Éléments de critique homosexuelle, Paris, EPEL, 2008, et rédacteur en chef de la revue Genre, sexualité & société. Il a été Visiting research fellow à l’University of Sussex au Centre for the Study of the Sexual Dissidence et est actuellement Marie Curie Fellow à l’Université de Vérone, où il conduit des recherches sur les mouvements LGBT italiens.

 


21/11

Thierry Delessert

(Université de Lausanne)

« Droit et homosexualité en Suisse durant la Seconde Guerre mondiale »

21 novembre, 18h

ULB, Institut de Sociologie, Salle Henri Janne (15ème étage)

Abstract


Le 1er janvier 1942, le code pénal suisse (CPS) entre en vigueur dans un pays neutre et replié sur lui-même au nom de la Défense nationale. Ce droit fédéral unique supplante les codes pénaux cantonaux et met un terme aux divergences profondes en matière de traitement pénal de l’homosexualité : la majorité des cantons germanophones reprenaient jusqu’alors le paragraphe 175 répressif du droit allemand, tandis que la majorité des cantons francophones et le Tessin s’inspirait du droit français et ne la punissait pas. Dans le CPS, l’homosexualité consentante entre femmes et entre hommes majeur-e-s est dépénalisée, ce qui signifie la fin de la répression pour la majorité alémanique. En contrepartie, les relations commises avec un-e mineur-e âgé-e de 16 à 20 ans, l’abus de détresse et la prostitution homosexuelle sont poursuivies, et constituent des nouvelles catégories pénales pour la minorité latine. Par ailleurs, le droit militaire diffère du civil : depuis 1928, les actes homosexuels consentants sont pénalisés dans tous les cas, et l’âge d’un partenaire mineur, l’abus de position hiérarchique et la prostitution militaire constituent des circonstances aggravantes. Au cours de la guerre, l’armée de milice suisse fonctionne sur un mode quasi professionnel. La mobilisation d’un grand nombre de citoyens-soldats et le hasard des poursuites permettent aux juristes helvétiques - eux aussi miliciens - de constituer les bases jurisprudentielles fédérales en matière d’homosexualité. Enfin, la psychiatrie légale apporte tout son concours au double processus juridique : au civil, la Société Suisse de Psychiatrie milite depuis le début du XXe siècle en faveur de la dépénalisation des « vrai-e-s » homosexuel-le-s, mais, sous sa casquette militaire milicienne, édicte les règles de leur exclusion de la communauté des « hommes ». Au final, le CPS enjoint aux concerné-e-s, institué-e-s comme une minorité sexuelle, de s’invisibiliser, tandis que le code pénal militaire permet de façonner un ennemi à l’intérieur des troupes

 

Biographie

Thierry Delessert est historien, docteur ès sciences politiques (2010) et diplômé en soins infirmiers (1989). Maitre-assistant suppléant en Etudes Genre, il sera dès le 1er août 2013 chercheur post-doctoral boursier pour la recherche « Homosexualités en Suisse de la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années sida » (N° FNS 100017-144508/1) et chargé de cours à l’Université de Lausanne. Ses domaines de recherche et d’enseignement privilégiés portent sur les croisements entre le droit, la politique et la médecine en tant que producteurs de catégorisations sur les genres et les sexualités. Ses récentes parutions sont : « Les homosexuels sont un danger absolu ». Homosexualité masculine en Suisse durant la Seconde Guerre mondiale, Lausanne : Editions Antipodes, 2012, 400 p. ; Homosexualités masculines en Suisse. De l’invisibilité aux mobilisations, Lausanne : PPUR, Collection Le Savoir Suisse, n° 81, 2012, 136 p. (en co-auteur avec Michael Voegtli) ; « Le ‘‘milieu’’ homosexuel suisse durant la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, n° 119, 2012, pp. 65-78.