2012

09/02

Wim Peumans
(Katholieke Universiteit Leuven)

“Sex and stigma across borders: gay identity in a migration context”

Discutant:
Joël Le Déroff (ILGA-Europe)

Jeudi 9 février, 18h
Salle Henri Janne (15è étage)

 

Résumé 


Within migration studies, (homo)sexuality has rarely been a topic of analysis, especially in European research. Through an intersectional approach, Wim Peumans tries to question the heteronormativity of migration studies. In an ethnographic study, he describes the lived experiences of gay and lesbian immigrants in Belgium. He looks at the role played by the sexuality of the participants in their migration decision. He also examines the place of Belgium and more generally Europe within their gay imagination, and how their sexual identity has changed throughout the migration process.

 

Bio/bibliographie

Anthropologist Wim Peumans is a Ph.D. candidate at the Interculturalism, Migration and Minorities Research Centre (K.U.Leuven). As a fellow of the Research Foundation Flanders (FWO), he does research on the intersection of homosexuality, Islam and migration in Belgium. His award-winning masterthesis on sexual migration to Belgium was published as a book (‘Seks en Stigma over Grenzen Heen – Homoseksuele en Lesbische Migranten in Vlaanderen en Brussel’, Acco, 2011).

 


23/02

Mini symposium about the book

"Queer in Europe" (Ashgate 2011)

with:
Lisa Downing (University of Exeter)
Robert Gillett (Queen Mary, University of London)
Bart Eeckhout (Universiteit Antwerpen)
Lukasz Szulc (Universiteit Antwerpen)

Thursday 23 February, 18h
Salle Henri Janne (15ème étage)

Queer in Europe

 

Abstract


The book Queer in Europe takes stock of the intellectual and social status and treatment of queer in the New Europe of the twenty-first century, addressing the ways in which the Anglo-American term and concept 'queer' is adapted in different national contexts, where it takes on subtly different overtones, determined by local political specificities and intellectual traditions. Bringing together contributions by carefully chosen experts, this book explores key aspects of queer in a range of European national contexts, namely: Belgium, Cyprus, England, France, Germany, Hungary, Ireland, Italy, The Nordic Region, The Netherlands, Poland, Russia and Spain. Rather than prescribing a universalizing definition, the book engages with a wide

spectrum of what is meant by 'queer', as each chapter negotiates the contested border between direct queer activist action based on identity categories, and more plural queer strategies that call these categories into question. The first volume in English devoted to the exploration of queer in Europe, this book makes an important intervention in contemporary queer studies.

This event will discuss the research project organised by Lisa Downing (University of Exeter, UK) and Robert Gillett (Queen Mary University of London, UK) that resulted in the publication of a 2011 book in the Ashgate 'Queer Interventions' series entitled Queer in Europe: Contemporary Case Studies. The co-editors and two of the contributors, Bart Eeckhout and Lukasz Szulc will present aspects of the book followed by a discussion about the origins and potential futures of the broader project.

 

Bio-bibliographies

Lisa Downing is Professor of French Discourses of Sexuality and Founding Director of the Centre for the Interdisciplinary Study of Sexuality and Gender in Europe (CISSGE) at the University of Exeter, UK. A specialist in histories and theories of sexuality, she is the author and editor of numerous books, including Desiring the Dead: Necrophilia and Nineteenth-Century French Literature (EHRC, Oxford, 2003), Perversion: Psychoanalytic Perspectives/ Perspectives on Psychoanalysis (co-edited with Dany Nobus, Karnac, 2006), The Cambridge Introduction to Michel Foucault (CUP, 2008) and Queer in Europe: Contemporary Case Studies (co-edited with Robert Gillett, Ashgate, 2011). Her most recently completed monograph, The Subject of Murder: Gender and Exceptionality in the Making of the Modern Killer is forthcoming with Chicago University Press. She is currently co-writing (with Iain Morland and Nikki Sullivan) a book-length critical study of sexologist John Money’s diagnostic concepts, by contributing a section on ‘paraphilia’.

Robert Gillett is Senior Lecturer in German at Queen Mary, University of London. He has published very widely on German, Austrian and comparative literature, cultural studies and film. He has made a special study of the German proto-queer author Hubert Fichte, on whom he has published a bibliography, a collection of essays, and some 25 articles. He has been teaching courses on LGBTQ studies, alone and with others, for nearly 20 years. In addition to his work on Fichte, he has written on queer issues for The Pink PaperModerna Sprak and Kulturpoetik, and has collaborated with Lisa Downing on a number of projects of queer import, including a forthcoming special issue of the journal Sexualities.

Bart Eeckhout is Associate Professor of English and American Literature at the University of Antwerp and a leading activist in the Flemish LGBT movement. He has degrees from Ghent University and Columbia University and has been a visiting faculty member of Fordham University and New York University. In Antwerp he teaches a course in queer fiction and supervises various doctoral theses in the field. Much of his work in queer studies derives from his activism, where he serves on the Board of the Flemish umbrella organization çavaria. His publications often emerge directly out of his collaboration with other activists, most recently with Paul Borghs for International Journal of Law, Policy and the Family and with David Paternotte for Journal of Homosexuality.

Lukasz Szulc is a PhD candidate at the Department of Communication Studies of Antwerp University (Belgium). His doctoral project explores normative and counter-normative discourses on sexuality and gender in cyberspaces tailored for sexual and gender minorities in Poland and Turkey. He obtained his master degree in Journalism and Social Communication at the Jagiellonian University in Krakow (Poland) in 2009. His recent publications investigate discourses on non-hegemonic sexualities and genders in Poland (« Queer in Poland: Under construction », 2011) and Turkey (« Contemporary discourses on non-heterosexual and gender non-conforming citizens of Turkey », 2011).

 


08/03

Daniel Borrillo
(CNRS/Université Paris Ouest)

« Pour une théorie queer du droit des personnes et des familles »

Discutante: Nicole Gallus (Unité de droit familial du centre de droit privé, ULB)

Jeudi 8 mars, 18h
Salle Doucy, S.12.123 (12ème étage)

 

Résumé 

L’assignation obligatoire au genre (homme/femme) dans les actes de naissance renforce et institutionnalise l’idée d’une humanité naturellement divisée en deux sexes. La théorie queer propose une critique radicale de cette catégorisation et déconstruit les mécanismes de subjectivation sexuée des individus. Ignorée par les juristes, elle constitue pourtant un apport fondamental à la théorie du droit, en particulier au droit des personnes et de la famille. À partir d’une critique radicale du genre et en considérant le processus de démocratisation de la vie privée, cet exposé suggère d’abolir cette catégorie des documents d’identité et de refonder les liens familiaux (au niveau du mariage et de la filiation) exclusivement à partir de la théorie contractuelle.

 

Bio/bibliographie

Daniel Borrillo est un juriste italo-argentin. Professeur de droit privé, il anime un séminaire sur le droit des sexualités dans la formation doctorale des Droits de l'Homme à l'université de Paris Ouest. Chercheur associé au CNRS, il travaille sur le genre, le sexe et les sexualités dans la théorie du Droit et sur le droit de la non-discrimination. Auteur d'une vingtaine d'ouvrages, il est le spécialiste français sur les droit des minorités sexuelles.Ses nombreuses publications incluent : L'homophobie (2000),  L'homosexualité de Platon à Foucault. Anthologie critique (2005, avec D. Colas), Homosexualité et discrimination en droit privé (2007, avec Th. Formond), Le droit des sexualités (2009), Bioéthique (2011).

 


17/04

Line Chamberland
(Université du Québc à Montréal)

« Portrait critique de la recherche sur l'homophobie en milieu scolaire »

Discutant : Thierry Delaval (Arc-en-Ciel Wallonie)

Résumé 


Au Canada et aux États-Unis, les recherches sur l’homophobie en milieu scolaire et ses incidences sur la santé et la réussite scolaire des jeunes LGBT se sont multipliées durant la dernière décennie. Line Chamberland en dresse un portrait à la fois descriptif et critique. Elle interroge certains concepts, notamment celui d’homophobie, et les paradigmes articulés autour des notions de victimisation et de santé mentale qui sous-tendent la plupart des études empiriques. Elle se questionne aussi sur les impacts de l’importante médiatisation de ce phénomène qui se focalise autour des cas de suicide de jeunes victimes d’intimidation.

 

Bio/bibliographie

Sociologue et titulaire de la chaire de recherche sur l’homophobie à l’UQAM, Line Chamberland a dirigé une importante étude sur le climat scolaire et les manifestations d’homophobie dans les écoles et collèges* au Québec. Elle a coédité un ouvrage collectif (Diversité sexuelle et construction de genre, 2009, PUQ) et, tout récemment, un numéro hors série de la Revue canadienne de santé mentale communautaire sur le thème « Santé mentale et minorités sexuelles ». Elle s’intéresse également à l’histoire des lesbiennes au Québec et est l’auteure de Mémoires lesbiennes. Le lesbianisme à Montréal entre 1950 et 1972 (Remue-ménage).

 


26/04

Christine Machiels
(Centre d’Animation et de Recherche en Histoire Ouvrière/Université catholique de Louvain)

« Des conceptions militantes de la prostitution : enjeux et débats publics (XIXe-XXe siècle) »

Jeudi 26 avril, 18h
Salle Henri Janne (15ème étage)

 

Résumé 


La prostitution, élevée au rang de « problématique sociale » depuis la fin du XIXe siècle, draine une multitude d’enjeux dépassant de loin les prémisses du traditionnel débat public « pour ou contre la réglementation » : mobilité des populations, genre et normes sociales, protection de la jeunesse, préoccupations sanitaire et sécuritaire, motifs financiers, coopération internationale, etc. Les mouvements féministes auront à se positionner sur les projets politiques de contrôle social qu’ils inspirent, tout en restant fidèles à une ligne de conduite « morale » (comme gage d’égalité). Quelles sont les implications sociopolitiques (acquis émancipatoires et effets pervers au regard des rapports sociaux entre les sexes) de cette croisade féministe qui vise, tout au long du XXe siècle, au nom de l’égalité morale entre les sexes, à combattre la licence masculine, potentiellement source de menace, violence ou contamination, nécessitant restreinte et contrôle ? À partir des sources des mouvements féministes belges, français et suisses, cet exposé vise à montrer comment ceux-ci ont participé, depuis la fin du XIXe siècle, au processus de politisation des questions sexuelles.

 

Bio/bibliographie

Christine Machiels est docteure en Histoire de l’Université catholique de Louvain et de l’Université d’Angers. Comme aspirante du FRS-FNRS, elle a mené ses recherches doctorales sur « Les féminismes face à la prostitution aux XIXe et XXe siècles (Belgique, France, Suisse ) » au sein du Centre d’histoire du droit et de la justice de l’UCL. Elle a notamment coordonné avec le sociologue Jean-Michel Chaumont une publication collective intitulée « Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches » (PUL, 2009), ainsi qu’un numéro spécial de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière consacré à la prostitution des mineur-e-s (avec l’historien Éric Pierre, 2008). Depuis 2010, Christine Machiels est directrice du Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire (CARHOP).

 


23/05

Ken Plummer
(Emeritus Professor, University of Essex)

“Generations, Time And Sexualities”

Wednesday 23rd May, 18h30
Salle Henri Janne (15è étage)

 

Résumé 

 

“We find that each generation has a different history, that it is a part of the apparatus of each generation to reconstruct its history. A different Caesar crosses the Rubicon not only with each author but with each generation. That is, as we look back over the past, it is a different past. The experience is something like that of a person climbing a mountain. As he looks back over the terrain he has covered, it presents a continually different picture. So the past is continually changing as we look at it from the point of view of different authors, different generations. It is not simply the future [and present] which is novel, then; the past is also novel” (George Herbert Mead: Movements of Thought in the Nineteenth Century 116-117).

In this session, I will consider the relevance of time and generation to the study of sexualities and introduce a number of concepts to help us develop our ideas & research. I will have a dual focus: the changing (generational) nature of academic research on sexualities and the changing (generational) nature of sexual experience itself. My theoretical position is that of a queer symbolic interactionist who has become a critical humanist. If you are interested you can look in advance at: “Generational Sexualities, Subterranean Traditions, and the Hauntings of the Sexual World: Some Preliminary Remarks”. Symbolic Interaction. Vol. 33 nº2 (2010), p.163-191.

 

Bio/bibliographie

Ken Plummer is Emeritus Professor of Sociology at the University of Essex and the founder editor of the journal Sexualities. He has written widely on gay life, narrative, rights, sexualities and critical humanism. His many works include Sexual Stigma (1975), The Making of the Modern Homosexual (edited in 1981), Telling Sexual Stories (1995), Documents of Life (2001) and Intimate Citizenship (2003). His most recent book is Sociology: The Basics (2010).

 


24/09

Agnès Fine
(EHESS)

« De mère en fille : la transmission de la fécondité »

Lundi 24 septembre, 18h
Salle Henri Janne (15ème étage)

 

Résumé 


Des enquêtes récentes menées en France mettent au jour le sentiment de honte éprouvé par des femmes qui furent enceintes à un âge considéré par elles et leur entourage comme trop tardif. Il témoigne de l’existence de normes implicites sur l’âge adéquat pour procréer et d’un véritable interdit pour les femmes d’être mères à nouveau lorsqu’elles sont en âge d’être grands-mères. Rédigé par trois chercheurs, anthropologues et démographes (Agnès Fine, Véronique Moulinié et Jean-Claude Sangoï), cet article montre comment ces normes concernent la question de la succession des générations, en particulier celle du transfert du pouvoir génésique de la mère à sa fille. L’analyse se nourrit de plusieurs sources et, notamment, de la comparaison avec les pratiques et les croyances étudiées par les ethnologues dans les sociétés africaines contemporaines et passées. À l’aide des sources et des outils de la démographie historique, l’article révèle l’existence de cet interdit et sa fréquence dans deux régions rurales du sud-ouest de la France au XIXe siècle.
Les auteurs s’interrogent sur la persistance et les transformations actuelles de ces normes implicites, puis concluent sur les pistes nouvelles qu’ouvre cette recherche pour la démographie historique et, plus généralement, sur les orientations théoriques en sciences sociales.

 

Bio/bibliographie

Historienne et anthropologue, spécialiste de la parenté dans les sociétés européennes, actuellement directrice d’études à l’EHESS. Ses recherches ont porté sur l’anthropologie historique de la parenté dans une société rurale pyrénéenne, puis sur les filiations électives passées et présentes. Ses principaux ouvrages concernent le parrainage et l’adoption (Parrains, Marraines. La parenté spirituelle en Europe ; Adoptions, Ethnologie des parentés choisies ; Parents de sang, parents adoptifs, Approches juridiques et anthropologiques de l’adoption. France, Europe, USA, Canada), ainsi que les questions de dénomination et d’identités individuelles (Le nom dans les sociétés occidentales contemporaines Etats civils en questions. Papiers, identités, sentiment de soi). Agnès Fine s’intéresse actuellement à l’histoire de l’anthropologie en France (Histoire et anthropologie de la parenté. Autour de Paul Lacombe (1834-1919)).

Son deuxième axe de recherches concerne le genre, en particulier les processus de production du masculin et du féminin dans les sociétés européennes. Thèmes qu’elle explore à partir de l’anthropologie des écritures de soi chez les jeunes filles et les femmes, le repérage des lieux de formation des jeunes hommes tels qu’ils apparaissent dans les romans contemporains, enfin par le biais des différents thèmes ((lecture, écriture, liens familiaux, musique, dot et mariage, etc.) choisis par la revue Clio, Histoire, Femmes et sociétés, dont elle est cofondatrice et membre du comité de rédaction.

 


27/09

Organisé avec le soutien d’Arc-en-Ciel Wallonie, de l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s) (ULB), du Fonds Suzan Daniel, du Groupe SAGES (ULB) et de l’IHECS.

Colloque "Mémoires homosexuelles"

Jeudi 27 septembre, 9 - 18h30
IHECS

Ce projet, auquel participe l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s), a pour objectif de constituer ou reconstituer la mémoire de la vie associative LGBT en Belgique francophone. À la veille du soixantième anniversaire de ce mouvement, il se veut le point de départ d’un projet collectif sur les mémoires homosexuelles en Belgique francophone. Dans une démarche d’histoire orale, il donne la parole aux acteurs de l’époque autour de quelques grands thèmes qui caractérisent l’activité des associations actuelles et anciennes.
https://www.facebook.com/mhs.belgique?ref=ts

Dans une démarche d’histoire orale, les débats seront enregistrés et versés au Fonds Susan Daniel.

 

Programme de la journée

9h : Accueil
9h15 : Ouverture par Luc De Meyer, directeur de l’IHECS, et David Paternotte
9h30 – 11h : Session 1 Vivre sa sexualité
Présidence : Thierry Delaval
Intervenant-e-s : Martine Galand, Charline Herbin, Luc Legrand, Philippe-Georges Louette dit « La Babylonne », Claude Vandevyver

11h – 11h30 : Pause
11h30-13h : Session 2 Être visible(s)
Présidence : Mathilde Messina
Intervenant-e-s : Chille Deman, Bernard Lanssens, Marian Lens, Philip Turner, Raoul Van der Goten et Peter Weissenberg

13h – 14h30 : Repas (offert aux intervenants)
14h30 – 16h : Session 3 Revendiquer
Présidence : Wannes Dupont
Intervenant-e-s : Alain Bossuyt, Sandrine Debunne, Bart Hellinck, Luc Legrand, François Sant’Angelo

16h – 16h30 : Pause
16h30 – 18h : Session 4 Construire un mouvement
Présidence : Julie De Ganck
Intervenant-e-s : Joris Gilleir, Irène Kaufer, Emile Mintjens, Didier Seynave, Jean-Louis Verbruggen

18h – 18h30 : Conclusions par Valérie Piette 
Verre de l’amitié

 

Comité organisateur
Alain Bossuyt (IHECS), Julie De Ganck (FNRS/ULB), Thierry Delaval (Arc-En-Ciel Wallonie), Wannes Dupont (OZG, Université d’Anvers), Bart Hellinck (Fonds Suzan Daniel), Luc Legrand (Tels Quels), Mathilde Messina (ULB), David Paternotte (FNRS/ULB), Valérie Piette (ULB).

 


24/10

Avec le soutien de la Fondation Wiener-Anspach

Bruno Perreau
(University of Cambridge/Massachussetts Institute of Technology)

« Penser l'adoption. La gouvernance pastorale du genre » 

Mercredi 24 octobre, 18h
Salle Henri Janne (15ème étage)

 

Résumé 

 

Le scandale suscité en 2007 par la mise en cause de membres de L’Arche de Zoé dans une affaire de trafic d’enfants au Tchad a exacerbé la méfiance vis-à-vis des procédures d’adoption. Cette méfiance traduit une crainte plus générale à l’égard de l’adoption elle-même. Parce qu’elle crée une filiation sans lien biologique entre parent(s) et enfant(s), l’adoption déconstruit les présupposés moraux à partir desquels il est possible de « faire famille » aujourd’hui.

Quel est le modèle de citoyenneté promu par l’État lorsqu’un enfant obtient la nationalité française par adoption ? Comment les travailleurs sociaux et les juges se représentent-ils les rôles parentaux ? Quelle place accordent-ils à l’acte procréatif, au genre et à la sexualité ? Quelle autorité les institutions tirent-elles de leurs interventions auprès des familles ? En éclairant ces enjeux, c’est la fabrique des futurs citoyens – les « enfants de la patrie » – qui se trouve interrogée.

 

Bio/bibliographie

Bruno Perreau est professeur en French Studies au Massachussetts Institute of Technology. Il est actuellement Newton Fellow en sociologie à l'université de Cambridge et Research Associate à Jesus College (Cambridge). Il est par ailleurs chercheur affilié au Centre d'Etudes Européennes de Harvard.
Bruno Perreau travaille sur les politiques de la filiation et la construction de la citoyenneté. Ses recherches actuelles portent sur l'anticommunautarisme en France Il a enseigné le droit constitutionnel, la philosophie politique et les questions de genre et de sexualité pendant dix ans à l'université Paris XII et à Sciences Po.

Il est l'auteur de six ouvrages qui portent sur les études gays et lesbiennes, les institutions politiques françaises et américaines et la filiation. Son dernier livre, Penser l'adoption. La gouvernance pastorale du genre, a été publié en février 2012 aux Presses universitaires de France dans la collection d'Ethique et philosophie morale.

 


13/11

Céline Mahieu
(Université libre de Bruxelles)

« La validation des compétences d’un « métier qui n’existe pas » : le difficile processus de reconnaissance dans les métiers du care »

Mardi 13 novembre, 18h
Salle Henri Janne (15ème étage)

 

Résumé 

 

Les métiers du care qui mettent le travailleur/la travailleuse en relation avec des personnes dépendantes (enfants, malades, personnes âgées, etc.), métiers majoritairement exercés par des femmes, souffrent généralement d’un manque de reconnaissance. Ceci tient à leur ancrage historique dans la sphère domestique, au déclassement social qui frappe les personnes dépendantes (et par extension ceux qui les soignent), à leur traditionnelle prise en charge par les femmes à titre gratuit, et à l’éthique du particulier (par opposition à l’éthique de l’universel) qui caractérise ces métiers (Tronto, 2009 ; Gilligan, 2008). Cette tendance s’enracine aussi en partie dans l’attitude des professionnels eux-mêmes et de la société en général qui considèrent qu’il y aurait « une part indicible et indiscutable de compétences, voire d’aptitudes personnelles renvoyant le plus souvent à des dimensions psychoaffectives, ne nécessitant pas d’apprentissage autrement qu’un apprentissage expérientiel » (Maubant, Caselles-Desjardins, Roger, Mercier, & Gravel, 2010).

C’est ce processus de disqualification (Paugam, 2001) d’un métier (l’aide logistique en collectivité) que nous nous attacherons à présenter tel qu’il s’observe dans le dispositif dit de « validation des compétences » mis en place en Belgique francophone dans le champ de la formation professionnelle. Ce dispositif a pour objectif initial de permettre à des personnes peu qualifiées mais disposant d’une expérience professionnelle dans un métier donné de voir celle-ci reconnue par un titre officiel au terme d’une évaluation standardisée. Cette évaluation repose sur une épreuve conçue par des professionnels du secteur, qui représentent les différentes parties prenantes au dispositif (syndicats, fédérations patronales, organismes de formation, services publics de l’emploi). Les professionnels réunis au sein de la commission de « l’aide logistique en collectivité » manifestent les obstacles à l’objectivation du métier dont ils sont chargés d’élaborer les référentiels et l’épreuve de validation, allant jusqu’à conclure qu’il s’agit d’un « métier qui n’existe pas ». Cette communication présentera, à partir de cet exemple, les ressorts de cette « invisibilité ».

 

Bio/bibliographie

Céline Mahieu est docteure en sociologie et chercheuse à l’Ecole de Santé Publique de l’ULB (Centre de Recherche Interdisciplinaire en approches Sociales de la Santé). Elle y effectue un post-doctorat sur la thématique du bien-être au travail dans les PME des secteurs de service. Sa thèse de doctorat (2010, Le maillage des espaces de qualification. Production d'une théorie enracinée à partir du cas de la validation des compétences, UCL), analyse les transformations des systèmes de qualification en Belgique francophone.

 


03/12

Peter Jackson
(Australian National University)

“Putting Southeast Asian Transgenderism into the Transnational History of Sexuality”

Lundi 3 décembre, 19h
Salle Henri Baugniet (rez-de-chaussée)

 

Résumé 

 

Many accounts of the history of sexuality mark transgenderism as “premodern” while interpreting gay and lesbian identities as breaking out of “traditional” gender-defined modes of same-sex identity. In these accounts contemporary Southeast Asian transgender/transsexual identities – e.g., Thai kathoey, Indonesian waria, Filipino bakla – are seen as continuing premodern forms of ritualised transgenderism described for a number of regional societies.  Recent anthropological research (e.g. Tom Boellstorff, Peter Jackson) challenges this model, pointing to major breaks between premodern transgender roles and all contemporary same-sex and transgender/transsexual identities in the Southeast Asian region. In this paper I consider the implications of this Southeast Asian research for transnational queer theory. I argue that the central question for the transnational history of sexuality is not the emergence of “modern” gay and lesbian homosexualities out of “premodern” transgenderism, but rather how equally modern transgender/transsexual and gay/lesbian identities have emerged in parallel in Southeast Asia, and elsewhere.

 

Bio/bibliographie

Peter A. Jackson is Professor of Thai history and cultural studies in the Australian National University’s College of Asia and the Pacific. He has written extensively on modern Thai cultural history with special interests in religion and sexuality. He was editor-in-chief of the Asian Studies Review, flagship journal of the Asian Studies Association of Australia, from 2009 to 2012 and founded the Thai Rainbow Archives Project, which has collected and digitised Thai gay, lesbian, and transgender magazines and community organization newsletters (see http://thairainbowarchive.anu.edu.au/index.html). 

His most recent books are The Ambiguous Allure of the West: Traces of the Colonial in Thailand (with Rachel Harrison) and Queer Bangkok: Twenty-First-Century Markets, Media and Rights, and Thai Sex Talk: The Language of Sex and Sexuality in Thailand (with Pimpawun Boonmongkon).

 


17/12

Avec le soutien de la Faculté des Sciences sociales et politiques et de l’Institut de sociologie de l’Université libre de Bruxelles

 

Rommel Mendès-Leite
(Université Louis Lumière Lyon 2)

« Incertitudes des sexes et des genres dans des sociétés ethnographiées. Pouvons-nous parler d’intersexualité ailleurs que dans l’Occident contemporain ? »

Lundi 17 décembre, 18h
Salle Henri Janne (15ème étage)

 

Résumé 

 

Utiliser la notion d’intersexualité en référence aux sociétés non-occidentales ou non-contemporaines pose question. En effet, cette notion renvoie aux progrès scientifiques nécessaires à son apparition dans les discours occidentaux contemporains (seconde moitié du XXe siècle). Elle désigne alors des problèmes génétiques ou hormonaux, dont quelques-uns sont associés à une ambiguïté génitale repérable.
Or, la connaissance des gènes et des hormones est un phénomène occidental et récent. Ailleurs, l’intersexualité n’est appréhendée qu’à partir de ses conséquences visibles et des réponses culturelles (catégorie singulière de genre, statut particulier) y sont parfois associées. Il s'agit donc d’un phénomène complexe empêchant l’utilisation des catégories occidentales contemporaines, au risque d’ethnocentrisme et d’anachronisme. Néanmoins, les témoignages d’individus occupant des rôles inexistants dans notre système de genre les associent aux catégories occidentales de transsexualisme ou d’intersexualité. Partiales, ces observations ne nous autorisent pas à affirmer si ces « catégories natives » sont à corréler à une dissonance psychique entre sexe et genre (transsexualisme) ou à une ambiguïté génitale (intersexualité).

Nous développerons ces questions à partir de la littérature sur les mahus (Polynésie), les hijras (Inde), les sipiniit (Inuits) et les berdaches (amérindiens), que nous mettrons en rapport avec d’interviews auprès des personnes intersexuées en Europe.

 

Bio/bibliographie

Sociologue et anthropologue franco-brésilien, Rommel Mendès-Leite est maître de conférences en psychologie sociale à l’Université Lumière Lyon 2, où il appartient au Centre Louise Labé et au Centre Max Weber. Il est également le directeur de la collection « SeXualitéS » aux Presses universitaires de Lyon.

Ses travaux portent sur le genre, les sexualités, les identités et la santé, avec des terrains en France, au Brésil, en Afrique du Sud, en Espagne et au Portugal. Parmi ses nombreux articles et ouvrages scientifiques, on peut citer Vivre avec le VIH (avec Maks Banens), Le sens de l’altérité. Penser les homosexualitésChroniques socio-anthropologiques au temps du sida (avec Pierre-Olivier de Busscher et Bruno Proth), Bisexualité, le dernier tabou (avec la collaboration de Catherine Deschamps et Bruno Proth) et Gay Studies from the French Cultures. Voices from France, Belgium, Brazil, Canada and the Netherlands (dirigé avec Pierre-Olivier de Busscher). Rommel Mendes-Leite prépare actuellement un nouveau livre, De Franco à Zapatero. Une histoire du mouvement gay et lesbien en Espagne, à paraître aux éditions Egales (Madrid). Il mène aussi des recherches sur le coming out des jeunes homosexuels après la légalisation du pacs en France et sur le vieillissement des personnes séropositives.