2007

17/12

Joz Motmans
(Steunpunt Gelijkekansenbeleid, Consortium Universiteit Antwerpen & Universiteit Limburg)

 

« What’s T got to do with it?
Sameness and (in)difference - debates in trans/gender theory and -activism »

Lundi 17 décembre, 18 h
Salle Henri Janne

Motmans

 

Résumé

This lecture will start with a short introduction about the origins of the concept of  'gender' and the meaning(s) of concepts such as transgender, transsexuality, genderqueerness. Then, it will focus on the development of (trans)gendertheory and its influence on the relationships between the feminist, lesbian&gay, and transgender communities. Starting with Janice Raymond's radical views on 'anti-inclusive feminism', and ending with the rise of an international transgendermovement, the history of the main paradigms in trans/gender writing and research will be presented. On the basis of some recent research, the Belgian transgenderorganisations and their main political concerns today will also be examined. The developments in gendermovements on the EU level will finally be taken into account. This lecture will attempt to higlight the unique contribution of transgender action and the challenge towards mainstream gendermovements offered by the politics of transgressing gendernorms.

 

Bio/Bibliographie

Joz Motmans is a researcher at the Policy Research Center on Equal Opportunities (University of Antwerp – University of Hasselt), where he works on topics as gender equality & diversity. His main research interests are sexual & gender identities, social movements of LGTB, gender equality (policies) and diversity. He has a master in psychology and post graduate in women's studies. Currently he is finishing a Phd in sociology on transgender social movements people. 

www.steunpuntgelijkekansen.be
www.ua.ac.be/joz.motmans (only in dutch)


28/11

Christelle Taraud
(Columbia University/Université libre de Bruxelles)

 

« Prostitution et colonisation : autour du livre de Germaine Aziz, Les chambres closes. »

Mercredi 28 novembre, 18 h
Salle Henri Janne

Taraud

Résumé

Le livre de Germaine Aziz, Les Chambres closes, permet de regarder le monde de la prostitution réglementée en Algérie et en Tunisie dans les années 1950-1960. Autant description du système réglementariste colonial, de ses lois (officielles et officieuses), de ses statuts (filles à numéro ou en carte, filles soumises et insoumises), de ses agents (médecins, policiers, juges) et de ses lieux (quartiers réservés, maisons de tolérance, bordel militaire de campagne) ; que témoignage exceptionnel sans médiateur aucun - au travers du regard rare et singulier d’une prostituée « indigène », le livre (et par extension la présente communication) s’autorise à interroger les liens complexes entre sexualité, prostitution et colonisation.

 

Bio/Bibliographie

Professeur dans les programmes parisiens de Columbia University et de New York University. Chercheur à l’IRIS (laboratoire EHESS/CNRS/INSERM/Paris VIII) et à l’Université Libre de Bruxelles (ULB), projet  « Genre, normes, sexualité ». Christelle Taraud est par ailleurs auteur de la préface du livre de Germaine Aziz, Les chambres closes, (Paris, Nouveau Monde Editions, 2007) ; de Femmes d’Afrique du Nord. Cartes postales (1885-1930), (Paris, Editions Bleu Autour, 2006) ; des Féminismes en questions. Eléments pour une cartographie, (Paris, Editions Amsterdam, 2005) ; de Mauresques. Femmes orientales dans la photographie coloniale (1860-1910), (Paris, Albin Michel, 2003) ; et de La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), (Paris, Payot & Rivages, 2003).


07/11

Gert Hekma
 (Universiteit van  Amsterdam)

 

« How liberal are the Netherlands? »

Mercredi 7 novembre, 18 h
Salle Henri Janne

Hekma

Résumé

In this lecture, Gert Hekma will discuss the contemporary situation regarding homosexuality in the Netherlands. Many people thought that the opening-up of marriage to same-sex couples was the legal endpoint of gay and lesbian emancipation. The social situation remains however difficult and needs a continuous investment in gay and lesbian activism. Some examples of continuous problems are the following. Gays and lesbians are chased out of their homes by people who insult them or commit violence against them, holebi schoolteachers and students do not dare to come out of the closet because of expected acts of aggression, queer bashing is according to the media on the rise and the society remains heteronormative. The political alliances have also changed. In the past, liberal and socialist parties took the gay cause, but now the right wing is more supportive at least in its rhetoric to gay and lesbian issues (Fortuyn, Hirschi Ali, Verdonk, Wilders), while the left has become more hesitant because of its many ethnic minority voters (often Muslims).
Gert Hekma will provide a short overview of LGBT politics in The Netherlands, review the contemporary situation and suggest some explanations and solutions.

 

Bio/Bibliographie

Gert Hekma is lecturer in gay and lesbian studies in the department of sociology and anthropology at the University of Amsterdam since 1984, and has published widely on the history and sociology of (homo)sexuality. His most recent book is Homoseksualiteit in Nederland van 1730 tot de moderne tijd (Amsterdam: Meulenhoff 2004). He coedited The Pursuit of Sodomy (1989), Gay Men and the Sexual History of the Political Left (1995) and the two volumes of Sexual Cultures in Europe (1999), and Gewoon doen. Acceptatie van homoseksualiteit in Nederland (2006). He is now editing a twentieth history of Western sexualities and will soon publish an Encyclopedia of Perversions. He teaches in the BA/MA program of Gender, Sexuality and Society of the UvA.


03/10

Mylène Botbol – Baum
(Université catholique de  Louvain)


« L'avenir de la re-production, ou post-production biologique des femmes? Présentation de "Des embryons et des hommes" (PUF : 2007). »

Discutante : Christine Leclercq (Université catholique de Louvain)

Mercredi 3 octobre, 18 h
Salle Henri Janne

Baum

 

Résumé

Depuis le développement de la reproduction assistée, comment la délocalisation de l'embryon de l'utérus à la cité met-elle en jeu la hiérarchie des sexes dans la fabrication des enfants de demain ? Comment les femmes et les divers courants féministes doivent-ils se positionner face à la question de la naissance qui dépasse celle de la reproduction ? (à partir d'Haraway et d'Arendt notamment).

 

Bio/Bibliographie

Mylène Botbol Baum est Professeur de philosophe et de bioéthique à l'UCL. Elle vise à intégrer une perspective de genre dans une analyse de la philosophie de la technique contemporaine. Son angle d'approche consiste à réfléchir aux conditions de développement critique des capacités d'autonomie des femmes par, ou à distance, des biotechnologies affectant notre rapport au corps. Elle a notamment dirigé l'ouvrage "Bioéthique pour les pays du sud" chez L'Harmattan en 2005 et publié avec Henri Atlan "Des embryons et des hommes" chez PUF en 2007. Vous trouverez le reste de ses publications sur son site web : http://www.uclouvain.be/perso/mylene.botbol


20/09

Jeffrey Weeks
(London South Bank University) 

 

« The World We Have Won: The Remaking of Erotic and Intimate Life »

Jeudi 20 septembre, 18 h
Salle Henri Janne

Weeks

Résumé

We live in a world of remarkable sexual change. Over the past half century, gathering pace since the 1980s, there has been a transformation in the ways we think of sexuality, gender, identity, heterosexuality and homosexuality, reproduction, the body, its pleasures and pains,  sexual health and sexual illness, marriage, family, intimacy, love, commitment, parenting, sexual rights, the role of the Church and state, and the significance of individual choice. There has been  a long, and in many ways partial and unfinished revolution. It has affected the rich ‘West’ more than the global South. It has had uneven and different effects on women and men, adults and children. Even in the richer parts of the globe, sharp differences remain between the cities and the country, the middle class and the working class, between different ethnic groups and religious communities, persist. There are limits to the changes than have taken place. But anyone who had fallen asleep in the 1950s and awoke today would be startled by the changes: from the sexualization of women to same sex marriage, from the decline of sexual censorship to cybersex. A culture of restraint and oppression has increasingly become a culture of pleasure and sexual choice. An authoritarian moral culture has been replaced by sexual pluralism. Not everyone is happy with this transformation of everyday sexual and intimate life. Some seek a new certainty in religious fundamentalisms, or a return to traditional values. But others find in this new world a challenge and an opportunity to live creative lives, in a world we have helped create for ourselves, a world we have won.

In this lecture Jeffrey Weeks will explore the main features of this transformed world, and look at the underlying reasons for the changes that have taken place. The lecture will cover new ways of thinking about sexuality, the impact of globalization, the reinvention of the self, the sexual transition, the intimate revolution, the role of science, the transformation of values and the movement towards sexual democracy. 

 

Bio/Bibliographie

Jeffrey Weeks is currently University Director of Research, Professor of Sociology and Director of SPUR: The Social Policy and Urban Regeneration Research Institute at London South Bank University. He has been a pioneering researcher and writer on the history and sociology of sexuality and intimate life. His first major study, Coming Out: Homosexual Politics in Britain from the 19th century to the Present, was originally published in 1977, and has remained in print ever since. Since then he has published over twenty books, and a hundred papers. Recent publications include Making Sexual History (2000), Same Sex Intimacies: Families of Choice and other Life Experiments  (with Brian Heaphy and Catherine Donovan, 2001), Sexualities and Society (with Janet Holland and Matthew Waites, 2003), and a new edition of  Sexuality (2003). His most recent book is The World We Have Won, published by Routledge in June 2007, which provides the theme for this lecture.


18/06

Frédéric Jörgens
(Institut universitaire européen/University College London)


« La reconnaissance du couple homosexuel en Europe :
Quel effet la loi a-t-elle sur la construction de l'identité ? »

Jorgens

 

Résumé

La reconnaissance du couple homosexuel est un changement social majeur dans les pays de l'Union européenne. Le débat sur le mariage homosexuel et sur les unions civiles s'est imposé dans l'actualité politique de la plupart des pays européens. L'image de l'homosexualité en ressort transformée : aujourd'hui, par exemple, en Belgique, en Espagne ou encore en Grande-Bretagne, être lesbienne ou gay ne signifie plus la même chose qu'il y a une vingtaine d'années. Comment analyser un tel changement sociétal et son impact sur la construction identitaire au niveau de l'individu ? Ce travail repose sur une enquête qualitative menée auprès de 50 femmes et hommes interviewés dans le milieu des bars homosexuels de Berlin, Londres, Paris et Rome. Il permet d'analyser l'influence que le débat sur le mariage a dans les discours individuels : les attentes personnelles des homosexuels, leurs opinions ou critiques sur ce thème, les projets qu'ils développent et les difficultés qu'ils rencontrent. Le séminaire portera sur deux questions. 1. Quel rôle la loi peut-elle jouer dans la double dynamique que représente le changement social d'un côté et la construction de l'identité individuelle de l'autre ? 2. Au-delà d'une plus grande ouverture des sociétés européennes sur la question homosexuelle, quelles sont les ambiguïtés et les difficultés que ce changement normatif implique ?

 

Bio/Bibliographie

Frédéric Jörgens est chercheur à l'Institut Universitaire Européen de Florence, où il vient de terminer sa thèse en sociologie sur la reconnaissance du couple homosexuel en Europe. Il a travaillé sur la question de l'identité et de la reconnaissance dans les champs de la philosophie politique et de la théorie sociale. Il enseigne maintenant les sciences politiques et la philosophie à University College London.
E-mail: frederic.jorgens@eui.eu

 

Publications:

  • 'The Construction and Recognition of Private and PublicIdentity', in Anne Weyembergh and Sinziana Carstocea (eds.), Gays' andLesbians' Rights in an Enlarged European Union. Brussels: Editions de l'Université de Bruxelles, 2006, pp. 95-126.
  • "East" Berlin: Lesbian and Gay Narratives on EverydayLife, Social Acceptance, and Past and Present', in Roman Kuhar and Judit Takacs (eds.), Everyday Life of GBLT in Eastern and Central Europe. Ljubljana: Peace Institute Editions, 2006 (a venir).
  • Entrées 'Germany' et 'Italy', in Chuck Stewart (ed.), The Greenwood Encyclopedia of LGBT Issues Worldwide. Westport: Greenwood Press, 2007 (a venir).
  • 'Projet de couple, projet de famille: discours homosexuels face aux débats sur le mariage et la parenté'. Eric Fassin, Ellen Lewin, Judith Stacey, Jeffrey Weeks et al. Ce que l'homosexualité fait aux normes. Les intimités conjugales et familiales traversées par l'espace public. Paris: Autrement, 2007 (a venir).

25/05

Judith BUTLER
(University of California - Berkeley)


« Sexual politics and the limits of secular discourse »

 

Résumé

Many arguments have been made recently that coercion and violence establish the limits of a certain 'culturalism'. Although culturalist arguments are cledarly spurious when they seek to minimize or to maximize the suffering of torture for certain polemical aims.
But we can still ask about the cultural specificity of certain forms of sexual torture without questioning their unacceptability.
Given the religious terms through which violence and counter-violence take place, must we assume a certain secularism in order to oppose sexual coercion of every kind?
Is it possible, if not necessary, to become critical of that kind of the secular presumption at the same time that we  formulate strong claims againt violence and coercion? How do we understand the relations among torture, sexual politics, and the clash of civilizations?

 

Bio/Bibliographie (from her website)

Judith Butler is Maxine Elliot Professor in the Departments of Rhetoric and Comparative Literature at the University of California, Berkeley. She received her Ph.D. in Philosophy from Yale University in 1984. She is the author of Subjects of Desire: Hegelian Reflections in Twentieth-Century France (Columbia University Press, 1987), Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity (Routledge, 1990), Bodies That Matter: On the Discursive Limits of "Sex" (Routledge, 1993), The Psychic Life of Power: Theories of Subjection (Stanford University Press, 1997), Excitable Speech (Routledge, 1997), Antigone's Claim: Kinship Between Life and Death (Columbia University Press, 2000), Hegemony, Contingency, Universality, with Ernesto Laclau and Slavoj Zizek, (Verso Press, 2000). In 2004, she published a collection of writings on war's impact on language and thought entitled Precarious Life: Powers of Violence and Mourning with Verso Press. That same year, The Judith Butler Reader appeared, edited by Sara Salih, with Blackwell Publishers. A collection of her essays on gender and sexuality, Undoing Gender, appeared with Routledge in 2004 as well. Her most recent book, Giving an Account of Oneself, appeared with Fordham University Press (2005) and considers the partial opacity of the subject, and the relation between critique and ethical reflection. She is currently working on essays pertaining to Jewish Philosophy, focusing on pre-Zionist criticisms of state violence. She continues to write on cultural and literary theory, philosophy, psychoanalysis, feminism, and sexual politics.

An excellent (and searchable) bibliography of her work is at the following address: http://sun3.lib.uci.edu/indiv/scctr/Wellek/butler/

 

Le Programme

19:00 accueil et enregistrement
19:15 introduction de Sarah Scheepers (Sophia) & David Paternotte (FNRS/ULB)
19:30 conférence Sexual politics and the limits of secular discourse de Judith Butler (University of California, Berkeley)
20:30 pause
20:45 débat avec le public, introduit et modéré par Inge Arteel (VUB) & David Berliner (ULB)
21:30 conclusions et fin


ATTENTION! La soirée se déroulera uniquement en anglais, il n’y aura pas de traduction.
 


Réservations

Il est indispensable de réserver. Pour ce faire, veuillez envoyer votre nom et prénom à Sara S'Jegers avant le 21 mai 2007 (10h) par email à sara@sophia.be, par téléphone au 02/ 229 38 69 ou par fax au 02/ 229 38 59. Votre réservation ne sera considérée comme valable que lorsque vous en aurez reçu confirmation par Sara. Nous tenons à préciser que le nombre de places est limité à 200.

 


Soutien
 

Cette soirée est organisée avec le soutien du Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS).

 

Oratrice(s)/orateur(s) Judith Butler, Inge Arteel, David Berliner

Lieu et horaire

19h - 21h30

Facultés Universitaires de Saint-Louis (FUSL), local 100 (1re étage)
Rue du Marais 109
1000 Bruxelles

(plan)

 

Prix €5 ou €3
(prix réduit pour les membres de Sophia, les étudiants et les chômeurs)

 

Contact

Sophia vzw/asbl
Middaglijnstraat / Rue du Méridien 10
1210 Brussel / Bruxelles
02 229 38 69

info@sophia.be
http://www.sophia.be

 24/04

Laurent Gaissad
(CIRUS – Université de Toulouse le Mirail/ULB)

 

« Ça ne me dérange pas qu’ils soient homos, mais ils le font salement » : L’espace public de la sexualité entre hommes

 

Gaissad 

 

Résumé

Le cantonnement des activités homosexuelles à des espaces clos, tarifés et fortement ségrégués, n’est pas sans susciter un sentiment nostalgique chez ceux qui regrettent, pour en avoir fait l’expérience au cours des décennies précédentes – notamment dans les années 1970 - la mixité de classe, d’âge ou de culture des échanges sexuels entre hommes à même la rue des grandes métropoles. La virtualité des contacts standardisés rendus possibles par le développement d’Internet serait dès lors pour certains amplement responsable de la mort de la ville telle que nous la connaissons, et plus particulièrement, des formes de sexualité secrètes marquées par la diversité urbaine.

L’articulation suggérée par Simmel au tout début du 20ème siècle entre publicité et secret dans le développement de la vie moderne continue ainsi incontestablement à faire débat, surtout si les conduites sont rendues acceptables sous contrat tout en se perpétuant, bon an mal an, dans la rue ou à partir du cyberespace.

La drague sexuelle entre hommes dans l’espace public contredit à cet égard les a priori éducatifs et savants contemporains développées à cette période de gestion des marges et des risques : précarité des lieux et des moments, acteurs sociaux « défaillants » exposés à toujours plus de vulnérabilité, carence d’enjeu hors paradigme identitaire et épidémiologique. Son ethnographie déconstruit tant l’approche nord-américaine en terme d’instabilité psychologique que l’idée française d’un « détournement » de l’espace public en marge d’une citoyenneté gaie idéale. Elle dit plutôt ses ajustements aux voisinages multiples et aux rappels à l’ordre : politiques d’aménagement, morale homosexuelle au temps du sida, sanctions pour la contenir en des quartiers tolérés ou en deçà de ses frontières nocturnes.

 

Bio/Bibliographie

Docteur en Sociologie et Sciences Sociales (Université de Toulouse le Mirail, 2006), sa thèse réalisée avec le soutien de l’Agence Nationale de Recherches sur le Sida (ANRS / CNRS) sur la sexualité masculine dans les espaces publics souligne les limites des paradigmes identitaires et épidémiologiques en vigueur. Chercheur associé au Centre Interdisciplinaire de Recherches Urbaines et Sociologiques à Toulouse, il participe actuellement au projet « Genre, Normes et Sexualités » en histoire comparée des pratiques occidentales au 19-20ème siècle dans le cadre d’une bourse FNRS à l’Université Libre de Bruxelles.

 

Publications récentes 

  • « L’air de la nuit rend libre ? Lieux et rencontres dans quelques villes du sud de la France », Les Annales de la Recherche Urbaine, 87, Sep. 2000.
  • « Du sexe sans conséquence : le bon endroit et le bon moment », Sexe, Espaces et Corps. De la catégorisation du genre, Editions Universitaires du Sud, Toulouse, 2000.
  • « Lieux de drague sous observation : vers une écologie des risques ? », Transcriptase, VIH et virus des hépatites, n° 97, Dec. 2001.
  • « La lutte des places, ou quand la rue se déplace : éthique du trottoir, commerce du sexe et clandestinités recomposées », La rue, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2005.
  • « From nightlife conventions to daytime hidden agendas: dynamics of urban sexual territories in the south of France », Journal of Sex Research, 42:1, Feb. 2005.

19/03

Eléonore Lépinard
(ISP - ENS Cachan)


« L'égalité introuvable. La parité, les féministes et la République »

 

Lepinard

 

Résumé

L'égalité des sexes en politique est-elle réellement introuvable? On a cru en France que l'idée de parité, en proposant une nouvelle conception de l'égalité, permettrait d'en finir avec l'exclusion politique des femmes. D'abord simple espoir des femmes politiques et des militantes féministes, la parité est devenue un remède unanimement accepté par la classe politique pour rénover une représentation démocratique et des institutions républicaines en crise. Pourtant l'égalité peine toujours à se traduire dans les faits. Faut-il y voir seulement le signe d'un manque de volonté politique dans l'application d'une réforme par ailleurs bien pensée? Ou doit-on également s'interroger sur les limites du concept de parité?

C'est en analysant les termes qui ont successivement été utilisés pour définir et légitimer la parité que ce livre démontre comment cette conceptualisation de l'égalité des sexes a abouti à la subversion des objectifs radicaux des débuts. En expliquant les raisons de l'échec relatif de cette réforme, il s'agit de comprendre les défis posés au modèle républicain par l'inclusion des femmes, mais aussi par celle des autres minorités.

 

Bio/Bibliographie

Eléonore Lépinard est postdoctorante à l'Institut des Sciences sociales du Politique (ISP-GAPP/ENS Cachan). Elle est docteure en sociologie de l'Ecole des hautes études en sciences sociales et a enseigné à Paris 5-La Sorbonne et à l'Université du Québec à Montréal.

Elle a récemment publié: « The Contentious Subject of Feminism: Defining 'Women' in France from the Second Wave to Parity», Signs, Journal of Women in Culture and Society, Winter 2007 ainsi que « Faire la loi, faire le genre. Conflits d'interprétation juridiques sur la parité », Droit et société, 62, p.45-66, 2006. Ses recherches portent sur les politiques antidiscriminatoires, les quotas par sexe, les mouvements féministes, la représentation politique et la question du multiculturalisme.


28/02

David Paternotte
(FNRS/ULB)


« Le genre : une articulation entre rapports de sexe et de sexualité ? »

 

Paternotte

 

Résumé

L’art et la vie quotidienne foisonnent d’indices quant aux liens entre rapports de sexe et de sexualité. Ainsi, les jeunes garçons jugés trop peu masculins sont par exemple souvent traités de « tapettes » ou de « sales pédés » dans les cours de récréation, indépendamment de leur orientation sexuelle avérée. La stigmatisation liée à la non conformation aux rôles sociaux de sexe passerait donc notamment par la mobilisation d’injures renvoyant à la sexualité. Il semble par conséquent que le genre implique un certain nombre de normes relatives au désir et à la sexualité et, sur base de cette affirmation, on peut soutenir que les études de genre devraient ouvrir leurs portes à ces problématiques et réflexions. En d’autres mots, loin d’être synonyme de femmes ou de rapports entre les sexes, le concept de genre constituerait une charnière entre questions sexuelles et sexuées. Toutefois, si on prend ce postulat au sérieux, quelle définition du genre peut être proposée ? Inversement, quelles sont les acceptions qui s’opposent à une telle conception ? Ce sont les questions que cet exposé tentera d’explorer à partir de la littérature scientifique francophone et anglo-saxonne à ce sujet.

 

Bio/Bibliographie

David Paternotte est aspirant du Fonds national de la Recherche scientifique et chercheur au Centre de Sociologie politique de l’Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles. Il coorganise également l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s) de cette institution. Il s’intéresse à la citoyenneté et aux processus d’inclusion des membres de groupes sociaux minorisés, ainsi qu’aux études de genre au sens large (rapports de sexe et de sexualité). Il prépare une thèse sur le rôle et la construction de la différence dans les processus d’inclusion, étudiés à partir d’une comparaison des discours politiques relatifs à la représentation politique des femmes et à la reconnaissance légale des couples de même sexe en Belgique, en France et en Espagne.


Il a notamment publié:
- « L’ouverture du mariage civil aux couples gais et lesbiens : un nouveau modèle d’accès à la citoyenneté ? », in Manon Tremblay ; Thanh-Huyen Ballmer-Cao ; Bérengère Marques-Pereira et Mariette Sineau (eds), Genre, citoyenneté et ,représentation, Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval, p. 61 – 79.
- “Beyond the laws : marriage right, citizenship and inclusion models in Belgium”, in: Anne Weyembergh; Sinziana Carstocea (eds). Gays’ and Lesbians’ Rights in an Enlarged European Union, Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 2006.
- « Quinze ans de débats sur la reconnaissance légale des couples de même sexe », Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 1860-1861, 2004


22/02

Anne Cadoret
(CNRS)

« Homoparenté et échange social à travers le lien de procréation : le cas des mères porteuses »

 

Cadoret

 

Résumé

A partir de trois histoires de construction familiale conçues grâce au recours à une « mère pour autrui », dont l'une a comme cadre l'amitié, une autre la relation commerciale et la dernière un mélange des deux cadres, cet exposé souhaite réfléchir au poids du mot « mère » dans notre société, ce personnage si facilement mis du côté de la nature du fait de la grossesse. Il conduira à s’interroger sur les types de relations sociales qui pourraient s'établir entre tous les « acteurs » de la filiation, à partir de ce que suggèrent les matériaux étudiés.

Après la circulation des femmes, pourrions-nous ainsi parler de la circulation des mères ? Il ne s'agira pas, dans le cadre de cette conférence, de répondre à cette question, mais simplement de commencer à la poser.

 

Bio/Bibliographie

Anthropologue et chargée de recherche au CNRS, Anne Cadoret travaille depuis de nombreuses années sur le champ de la parenté en France, à partir de configurations familiales pour lesquelles coexistent plusieurs figures de parents, telles que les familles d'accueil, les familles homoparentales et les familles adoptives.

Elle a notamment publié :
Des parents comme les autres. Homosexualité et Parenté, Paris : Editions Odile Jacob, 2002.
Ainsi que, plus récemment :
- « De la parenté à la parentalité », in A. Cadoret, M. Gross, C. Mécary, B. Perreau, (dir.), Homoparentalités. Approches scientifiques et Politiques. Actes de la 3ème conférence internationale sur l'homoparentalité, Paris : PUF, 2006, p. 29-41.
- « L'homoparentalité : un révélateur de l'ordre familial ? »  in Recherches Familiales, n°4,2007, p. 47-57.
- « Nécessaires anonymat et secret de soi. Réflexions sur les lois de bioéthique », en collaboration avec J. Wilgaux, Ethnologie Française, 2007, n° 1, p. 135-142.
- « Vous avez dit « Père » ? Qui est le père ? », Dialogues, n° 173, 2006, p. 45-57.
- « Le champ de la parenté aujourd'hui », Cités, 2006, n° 28 « Le démembrement de la parenté. La société recomposée », p. 49-59.
- « Une relecture de Schneider à la lumière des nouvelles familles », Incidence, n° 1,Editions Michel de Maule, 2005, p. 105-121.


23/01

Alexis Dewaele
(Steunpunt Gelijkekansenbeleid – Consortium Universiteit Antwerpen / Universiteit Hasselt)

&

Wim van den Berghe
(University of Ghent)

 

"The ZZZIP project: revealing the facts about LBG people in the Flemish population"

 

D_VDB

 

Abstract

Zzzip is a large scale quantitative research project conducted in Flanders and aimed at collecting general information about the LGB (Lesbian, Gay and Bisexual) Flemish population. About 3000 LGB’s were questioned about their identity, feelings of belonging to a minority, social support, their social networks and much more… This is the second time that such a large scale project was realised in Flanders but this time we used an innovative methodology combined with an elaborate promotion campaign to try to reach as many LGB’s as possible. Some of the most striking results point out significant problems of LGB’s within their work environment, the vulnerability of young lesbians and bisexual girls, and the elaborate friendship networks of LGB’s (also referred to as their families of choice). Several policy recommendations have been made in order to sustain a policy of equal opportunities targeted at this minority group.


Bio/Bibliographies

Alexis Dewaele has a master in psychology and works for the Policy Research Center on Equal Opportunities (University of Antwerp – University of Hasselt) within the ‘sexual preference’ research unit. His main research interests are (sexual) identities, social networks and equal opportunities. A selection of some of his recent publications:

  • Dewaele, Alexis (2006). ‘Holebi’s en hun families: een kritische reflectie op vriendschap en andere bloedbanden’ [LGB’s and their families: a critical reflection on friendship and other blood ties]. In: Godemont, Jozefien, Steegmans, Nico, Goyvaerts, Karin, Lenaers, Steven, & Spee, Sonja (eds.), Jaarboek 3 Steunpunt Gelijkekansenbeleid UA-UHasselt. Antwerpen: Garant, pp. 243-260.
  • Dewaele, Alexis, Herbrand, Cathy & Paternotte, David (2005). Etudes gayes et lesbiennes / holebistudies: état des savoirs critique et regards croisés entre la Flandre et la Communauté française de Belgique, in Debunne, Sandrine & S’Jegers, Sara (eds.). Genderstudies / een genre apart? - Savoirs de genre / quel genre de savoir? Acten van het Sophia colloquium, Bruxelles: Sophia, 154 - 171.


Wim van den Berghe owns a master in sociology and works for the University of Ghent (department of sociology). As a researcher he worked for two years on the Zzzip project. As a Phd student he is now working on the subject off hiv risk with Men who have Sex with Men (MSM).

  • Vincke, John, Dewaele, Alexis, Van den Berghe, Wim & Cox, Nele (2006). Zzzip – een statistisch onderzoek met het oog op het verzamelen van basismateriaal over de doelgroep holebi’s. Gent: Ugent – Steunpunt Gelijkekansenbeleid (UA –UHasselt), in opdracht van het Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap, Gelijke Kansen in Vlaanderen.